...

LE LAC BALATON FAUNE ICHTYOLOGIQUE LE

by user

on
Category: Documents
1

views

Report

Comments

Transcript

LE LAC BALATON FAUNE ICHTYOLOGIQUE LE
LAC
LE
BALATON
ET
FAUNE
SA
ICHTYOLOGIQUE
par
LE DOCTEUR .JACQUES PELLEGRIN
E lac
L
Balaton, en allemand
Plat­
tensee, est le plus grand lac non
seulement
de
la
Hongrie actuelle,
mais encore de toute l'Europe
cen­
qui par le Kapos conduit ses eaux au
grand fleuve de l'Europe centrale et
orientale.
Depuis qu'à la suite de la guerre la
trale et occidentale. Il ne mesure pas
Hongrie
moins,
à la mer, les coquettes stations bal­
en
effet,
de
82
kilomètres
a
été privée de tout accès
de longueur, sur une largeur moyenne
néaires
de
Toutefois,
du lac sont devenues extrêmement
au niveau de la presqu'île de Tihany,
fréquentées, pendant toute la belle
qui le divise en deux parties inégales,
la distance d'un bord à l'autre n'ex­
tants de Bud apest, la capitale. Les
10
à
kilomètres.
15
situées
sur
les
deux
rives
saison, principalement par les habi­
cède guère 2 kilomètres. Ses rives sont
plus réputées sont Balatonfüred, sur
basses,
la rive nord, et sur la riv e sud Siofok,
plates
et
sablonneuses
au
sud-sud-est, tandis qu'au nord-nord­
petit port établi au point où le lac
ouest elles sont bordées de collines
se déverse dans
et d'une série de cônes et de dômes
régulier de va eurs dessert et relie
volcaniques
dont
l'aspect
des
le Sio. Un service
plus
entre elles, surtout J'ètè, les localités
pittoresques rappelle certains paysa­
les plus intéressantes ou importantes.
ges de notre Plateau central.
Au tiers supérieur du lac se trouve,
Le lac Balaton est peu profond,
semblable
à
un
gigantesque doigt,
la hauteur de l'eau étant ordinaire­
la presqu'île de Tihany, célèbre par
ment comprise entre 3 et 5 mètres.
son abbaye de Bénédictins, fondée en
En un seul point, près de la pres­
1055 par le roi André
qu'île de Tihany, la profondeur dé­
couronnée par une ég li se à deux tours,
Jer; ell e est
passe légèrement 10 mètres. Le fond
datant
est généralement sablonneux, ce qui
mais à vieille crypte du x1e siècle et
rend les eaux très claires.
Le Balaton appartient au bassin
seulement
du
xvrne siècle,
qui contient le tombeau du fonda­
teur _du monastère.
du Danube ; son déversoir est une
C'est au pied de cette abbaye, sur
rivière canalisée à son origine, le Sio,
le bord même du lac, du côté Est, que
LA
330
TERRE
ET
LA
se trouvent les bâtiments du nouvel
variés
Institut
une
hongrois
pour
recherches
VIE
et
abondants.
trentaine
On
d'espèces
compte
dont
une
biologiques, inauguré en septembre
dizaine surtout sont utilisés indus­
1927 par le ministre de l' Instruction
triellement. Une société anonyme des
publique
comte
Kuno
de
Kle­
Pêcheries
du
lac
Balaton,
dont le
belsberg, à l'occasion du xe Congrès
siège principal est à Siofok, exploite,
international
au point de vue piscicole, ce vaste
de
Zoologie.
Ce superbe établissement que j'ai
domaine. Elle a pour directeur-gérant,
pu visiter en détail, l'année suivante,
assisté d'un conseil d'administration,
sous l'aimable conduite de son direc-
le docteur Charles Lukàcs avec lequel
Le port d� Siofok, fonné par Je Sio, déversoir du Balaton.
Photo J
l"dle�rri n
teur d'alors, le professeur Bela Hanko,
j'ai eu le plaisir de faire connaissance
est pourvu d'un outillage des plus
lors d'un premier voyage accompli
modernes pour tout ce qui concerne
en 1924. Cette société est seule conces­
les études limnologiques, aussi bien
sionnaire de la pêche dans le lac ;
au point
elle possède une dizaine de stations
de vue physico-chimique
qu'au point de
vue
biologique.
Il
établies en divers points sur les rives
y a là, pour les eaux douces, quelque
et un nombreux matériel, vapeurs,
chose de tout à fait comparable au
bateaux à treuil, filets, engins divers,
célèbre aquarium maritime de Naples,
etc.
et nul doute que la station de Tihany
ne
devienne
un
centre
important
aussi bien pour les travailleurs hon­
grois
que
pour
les
pem·ent y être admis.
étrangers
qui
.
Les Poissons du lac Balaton sont
La pêche se fait surtout au moyen
de
grandes
seines
à
poche
d'une
envergure de 600 mètres en moyenne,
tirées
sont
par
des
bateaux.
généralement
Ces
amenés
filets
par
les
pêcheurs près du rivage, en eau peu
LE LAC BALATON
SA FAUNE
ET
profonde, de 50 centimètres environ.
Le
maître-pêcheur, dans
une
bar­
En
ICHTYOLOGIQUE
dehors
de
d'interdiction,
la
les
331
période légale
Poissons pêchés
quette, dirige la pêche et veille à ce
sont amenés dans les diverses sta­
que
tions et surtout au siège principal
le
filet
n'accroche
pas
et
ne
d'exploitation de la Société, à Siofok.
se tkchire pas.
En hiver, le lac gèle profondément,
Là ils sont triés,
préparés ou mis
pendant deux mois en moyenne, et
dans la glace et expédiés
des
conservés dans les
le
voitures
peuYent
traverser
d'une
Cela n'arrête
pas
même
alors
à l'autre.
pèche qui se
rive
la
frais ou
diverses
n:·gions
de la Hongrie.
Les sortes communes, les Poissons
Bateaux de pèche du Balaton dans le po r t clc Siofok.
pratique sous la glace au moyen de
de second
diYers engins et particulièrement de
une
grandes seines qui se montrent alors
une farine qui est très utilisée pour
choix
sont traités
fabrique spéciale.
On
en
dans
fait
C'est en hiver qu'on
la nourriture des Porcs ou des Sal­
prend aussi la glace du lac qui est
monides dans les établissements de
entreposée
pisciculture.
très efficaces.
dàns
pJusieurs
glacières
et qui, en été, servira à la conserva­
L'usine de Siofok, dans la bonne
tion . des Poissons. A Siotok, il y a
saison,
également
grammes de farine par jour, ce qui
une
fabrique
de
glace
artificielle.
produit
représente
Pour la plupart des espèces com­
jusqu'à
un poids
de
300
kilo­
1.250 kilo­
grammes environ de Poissons frais
posant la population ichtyologique du
traités. Les manipulations sont assez
lac et cela
longues et variées ; elles comprennent
en
vue
d'assurer
leur
reproduction, la pêche est interdite au
la
printemps, du l er avril au 15 juillet.
le vide,
stérilisation
des
animaux
leur séchage,
dans
leur cuisson
LA
TERRE
ET
LA
VIE
plus allongé que la Perche ; il arrive
à 1 m. 20 de l ongu e ur avec un poids
de
12 à
kilogrammes. Très vo­
15
race, il se nourrit d'autres Poissons,
principalement de
comme
ceux-ci
sablonneux
Cyprinidés, mais
sur
les
lac
ne
très
fonds
c ontracter. t
jamais le g o ùt de vase, il en résulte
du
qu'ils communiquent à l a chair du
Sandre
une
saveur
des
plus déli­
cates. S'il ne s'agissait pas d'animaux
aquatiques,
on
dirait
qu'il
y
a là
trne question de terroir.
Au
Balaton, suivant la taille et
le poids, on divise les Sandres pê c hés
en
catégories.
vapeurs de tourisme du Balaton
dans le port de Tihany.
au-dessous
La
de
longueur
il
t st d é fendu de pren cire ces Poissons
est 35 centimètres. Quelqu e s frayères
rhotn J. Ptll�!1ri11.
Les
quatre
mm1ma
laq uelle
•
artificielles ont été établies en divers
dans
leur
propre
suc,
l'extraction
dt'S corps gras utilisés surtout comme
points du lac pour assurer la multi­
plication de cette espèce particu­
huiles d'é clairage et pour la fabri­
lièrement ré putée.
cation des savons et le graissage des
cuirs, puis la dessiccation de la farine,
sa pulvérisation par un moulin, son
ensachage.
La
farine
Siofok pron'nant
et
de
bonne
mauvais
de
fabriquée
qualité, ne
comme
à
Poissons frais
sent
certaines
pas
A
c ôt é
du
San d re
commun,
on
rencon tre parfois le Sandre du Volga
ou Sandre bâtard de Russie (Lucioper­
ca volgensis Pallas) dont le p oid s o�di­
naire ne dépasse pas un kilogramme
et qui est be a uc oup moins appr é cié.
farines
étrangères et est a cce p tée sans répu
gnance par les animaux.
·
Les di verse s esp èces de Poissons
habitant
le
lac
Balaton
sont,
les
unC's, de formes identiques à celles
que nous trouvons dans nos ri v ières
de France , d'autres, plus ou moins
particulières au lac ou au bassin
du Danu h e et à ! Eur ope centrale
ou orientale.
"
La plus renommée est le fameux
Fogoch ou Sandre commun
(Luci<>­
C. V.), très abondant
clans tout le bassin du Danube, mais
dont la chair acquiert dans le Bala­
perca sandra
ton une
a
finesse pa rt icu l i ère qui lui
Yalu une réputation quasi mondiale.
Cest un grand et be au Poisson,
P'-oto J. Ptlltg-rin
Le dôme de Badaczony
(région volcanique du Aalaton).
LE
L\C
Comme
B.-\LATO:'.\
autres
citer, avec
notre
ET
Percidés, il
Perche,
S.-\
FAUNE
ICHTYOLOGIQCE
333
faut
Rotengle, le Gardon, le Chevaine, et
d'autres
parmi les formes sans importance au
espèces d'assez petite taille et sans
point de vue comestible, la minus­
grand intérêt: la Perche goujonnière
cule
ou Grémille, le Schraitzer du Danube
Carassin vulgaire, pr o ch e parent du
Bouvière
et
les
Loches .. Le
(Acerina schraelzer L.) à la coloration
Poisson rouge qui fait les délices des
des plus agréahles, jaune, agrémentée
amateurs d'aquariums, mais de plus
de trois lignes longitudinales noires, la
grande taille, est assez estimé dans
dorsale étant éga lement ponctuée de
tous les pays
noir, enfin l' A p r o n de formes allongées.
asez commun.
danubiens
Parmi
les
on
Cyprinidés,
doi t
on
ne distingue
a ét é introduite artificiellement dans
d'une abondance extraordinaire dans
le
le lac Balaton.
année,
Carpe
Les Brèmes, dont
pas moins de 4 espèces, se montrent
Chaque
la
est
qui
lac.
mentionner
il
1'11"'" .1 l'rilt�1ri11.
Le port de Tihany.
d'abord
oü
on
déverse
de nombreux alevins provenant des
Les Ablettes méritent une ment i on
divers établissements de pisciculture
de la région hongroise.
particulière. On trouve, en effet, dans
Les Carpes profitent beaucoup dans
douces, le Spirlin, assez rarement ù
le Balaton,
comme dans nos eaux
les eaux relativement chaudes du lac
la vérité, et l'Ablette commune, extrê­
en
un
mement répandue. La pèche de ces
poids de 15 à 16 kilogrammes.
Parmi les autres es p èces connues
saison, sauf pendant la péri od e d'in­
été et
y
atteignent
p arfois
également chez nous, il n'y a pas
lieu d'insister longuement sur la
Tanche, le Barbeau, le Goujon, le
petits Poissons est permis e en toute
terdiction légale, sans minimum de
taille
exigé
d'engins.
En
et
par
fait,
toutes
sortes
elle se pratique
331
LA TERRE ET
surtout en hiver, dans les ports et
au moyen d'épuisettes. Ce n'est pas
pour leur valeur alimentaire, d'ailleurs
assez
relative,
Ablettes,
qu'on
recherche les
mais
LA
VIE
poids déjà respectable de 55 à 60 kilo
grammes. Au püint de vue commer­
cial o n les divise en 4 catégories,
la dernière de 500 gra mm e s à 2 kilo­
­
grammes, la troisième, la plus es tim é e
pour leurs écailles
d'un bel éclat ar genté et q u i servent
à la p rép aration de l'essence d Orien t
la seco nde de 5 à
qu'on utilise pour la fabricatio n des
la
p erles arti fi cielles.
poids.
Le lac Balaton est le centre euro­
péen de p rod uction
de l'essence
at tei gn ent 1 m. 20 de lo ngu e ur, sont
'
d'Orient. Pendant la guerre et les an­
nées q ui suivirent on utilisa bien les
Ablettes du Léman pour cette
pré­
mais leur p êc h e diminue
sur le m a r c h é, de 2 à 5 ki lo g ra m m es ,
pr e m1 e r e
Les
10 kilo g rammes,
a u -de s s u s
Brochets, dont
de
cc
quelques-uns
aussi très communs dans le Balaton
et utilisés également pour la table,
mais dans ces pays privilégiés en
aujourd'hui de plus en plus et l'on
Poissons d'eau douce, ces carnassiers
passent dans la faveur du p ub lic
préfère s'adresser de nouveau
apr ès les Sandres et les Silures.
paration,
Hongrie
pour
obtenir
le
à la
On
produit
peut
mentionner, auprès
des
destiné à col ore r les perles de verre.
Brochets, un Poisson assez voisin au
Un autre Poisson du Balaton, de
point de vue zo ologi q ue, mais sans
teinte
argentée,
le
(Pelecus
Rasoir
rostratus L.),
intérêt économique car il ne dépasse
qui doit son nom à
son dos rectiligne.. à son ventre arrondi
pas une dizaine de centimètres,
et tranchant, est aussi utilisé pour
zinger).
obtenir
l'essence
d'Orient.
Poisson c hien
(Umbra Krameri
-
D'assez
On prend
encore,
assez rarement
forte taille , 50 centimètres avec un
à
p oid s de 1 kilogramme, mais le
p lus souvent se tenant autour de
30 à 35 centimètres et p esant une
la Lote commune, ce
livre,
il
qu i sert
est
à
comestible.
fabriquer
C'est
lui
les conserves
la
connu
vérité,
dans un
le
Fit­
dans
le
Balaton,
Gadidé
bien
certain nombre de
nos lacs et rivières.
Les
Epinoches font
défaut ;
les
A n g u ill es, si rares dans le bassin du
connues vulgairement sous le nom
Danube, se
de
tellement exceptionnelle qu'on n'en
Harengs
marinés
du
Balaton.
montrent
de
manière
Comme dernier Cyp rinidé assez abon­
a signalé, paraît-il, au Balaton, qu'une
dant dans le lac et qui n'a pas d'éq uiva­
seulement en trente ans ! Quant aux
lent dans nos eaux, on doit citer l'Aspe
Sterlets, excellents petits Esturgeons,
(Aspius
assez communs dans le Danube, ils
rapax
Agassiz)
qui
p èse
parfois 8 à 10 kilogrammes et atteint
ne se
1
nombre dans le lac. On y a introduit
mètre.
C'est un
vorace dont la
chair, de valeur moyenne, est comes­
ti ble.
Beaucoup
p lus
a p précié
est
le
Silure glanis, ty p e de la famille des
Siluridés, énorme Poisson, géant des
rencontrent qu'en très
petit
des
Truites, mais celles-ci ne se
plaisent gu ère dans les eaux du
Balaton, d'une température assez
élevée en été, 22°,5 en moyennt'.
Ainsi la faune ichtyolog i q ue
Balaton,
p a r fois 2 m. 50 avec un poids de
120 kilogrammes. II n 'est pas rare
riée, offre des ressources alimentaires
importantes aux riverains et à une
partie de la Hongrie.
,
dans
le
Balaton
d'en
prendre
du
relativement riche
et
du
eaux douces e uropée nnes qui dépasse
va­
Fly UP