...

biologie forêt et LE MELEZE D'EUROPE

by user

on
Category: Documents
2

views

Report

Comments

Transcript

biologie forêt et LE MELEZE D'EUROPE
biologie
et forêt
LE MELEZE D'EUROPE
SUR LES PLATEAUX CALCAIRES
DE LORRAINE
Catherine SINDOU - Anne MADESCLAIRE
L'emploi du Mélèze d'Europe en reboisement fait l'objet de nombreuses controverses parmi les
forestiers . Ralentissement de croissance vers 40 ans, fragilité sanitaire, sylviculture délicate sont
les principaux défauts généralement attribués à cette essence.
Les conséquences de cette mauvaise réputation trouvent une bonne illustration en Lorraine,
dans le département de la Meuse . Sur les 13 000 hectares de résineux introduits en forêt privée,
et principalement localisés sur les zones calcaires des côtes et collines de Meuse et du Barrois,
le Mélèze n'occupe que 270 hectares (2 %) contre 6 900 hectares pour l'Épicéa (53,3 %) et
3 200 hectares pour le Pin noir d'Autriche (24,4 %) Itl .
Face à cette faible extension du Mélèze dans un département où les conditions écologiques
rendraient son introduction possible, et compte tenu des résultats de divers travaux (2) soulignant
en particulier la plasticité et la rapidité de croissance de cette essence, le Centre régional de la
Propriété forestière de Lorraine-Alsace a entrepris, en 1984, de s'intéresser au Mélèze dans
cette zone.
En outre, l'existence d'un catalogue des stations forestières sur la région naturelle des plateaux
calcaires de Lorraine offre l'opportunité d'accéder à une connaissance plus fine du milieu . Un
développement logique du catalogue réside en l'étude, pour une essence donnée, des potentialités des principales stations forestières . Cette démarche, réitérée pour les essences majeures,
serait seule susceptible de donner au gestionnaire les bases indispensables pour mener une
réflexion optimale, dans le but d'asseoir des décisions sylvicoles.
(1) Source : Inventaire forestier national.
(2) voir bibliographie, en particulier Bastien, Keller .
439
R.F .F . XXXVIII - 5-1986
Catherine SINDOU - Anne MADESCLAIRE
L'étude a donc visé les deux objectifs suivants :
— Définir le comportement du Mélèze d'Europe sur les plateaux calcaires de Lorraine par
l'évaluation comparative de sa croissance en hauteur et de sa productivité sur les différents
types de stations forestières.
— Comparer le comportement du Mélèze d'Europe à celui de l'Épicéa commun et du Pin
noir d'Autriche sur les différents types de stations . Le Mélèze ne serait-il pas en effet sousutilisé par rapport à l'Épicéa, très souvent introduit en conditions limites et au Pin noir
d'Autriche, peu valorisant ?
CONTEXTE DE L'ÉTUDE
La zone d'étude coïncide avec la zone d'application du catalogue des plateaux calcaires de
Lorraine : côtes et collines de Meuse et de Moselle, Barrois, Pays-Haut.
Le climat, relativement homogène sur la zone d'étude, est un climat de type semi-continental.
Les types de sols rencontrés varient principalement :
— avec la nature de la roche-mère calcaire : ces calcaires de l'époque du Jurassique moyen
et supérieur peuvent contenir une proportion plus ou moins grande d'éléments non carbonatés
qui conditionnent l'économie en eau.
— avec la position topographique qui détermine la possibilité, ou non, de superposition
d'autres matériaux à la roche-mère calcaire : argile de décarbonatation, limons, alluvions,
colluvium, grouine.
Bouquet type de Mélèzes . Photo Anne MADESCLAIRE.
440
Biologie et forêt
Population de Mélèzes
Si l'Inventaire forestier national estime à environ 270 hectares la surface plantée en Mélèze dans
le département de la Meuse (où s'inscrivent principalement les petites régions naturelles explorées), on s'aperçoit rapidement en parcourant le paysage, qu'aucun « peuplement » au sens où
l'on emploie couramment le terme, avec les critères de pureté de l'essence, d'homogénéité, de
conduite sylvicole sous-entendus, n'existe en Mélèze adulte . Ce chiffre cache donc une réalité
embarrassante pour une étude approfondie, mais avec laquelle il faut composer ; cette surface
n'est en effet constituée que de bouquets de Mélèzes ou d'arbres disséminés, au sein de
hêtraies ou de peuplements résineux.
D'autre part, l'étude s'est rapidement limitée au Mélèze d'Europe puisque les Mélèzes du Japon
sont peu répandus sur la zone prospectée, et offrent une variabilité trop faible de leurs âges (10
à 30 ans) et des types de stations qu'ils occupent (stations généralement décarbonatées et à
bilan hydrique favorable).
L'âge effectif des Mélèzes
d'Europe sondés est compris
entre 10 et 140 ans, avec un
effectif maximum situé entre
40 et 80 ans.
Malgré l'absence quasi totale
de sylviculture, les arbres présentent :
— une forme généralement très satisfaisante (bonne
rectitude, élagage naturel sur
environ 40 % de la hauteur
totale),
— un état sanitaire globalement bon (8 % des placettes montrent des arbres
chancreux et sur 3 placettes
seulement, on constate
l'action de xylophages cérambycidés, parasites secondaires).
MÉTHODE D'ÉTUDE
Le rassemblement des points
d'échantillonnage s'est effectué à partir de la compilation
des plans simples de gestion,
d'une recherche auprès des
professionnels de la forêt privée et soumise, de renseignements fournis par l'Inventaire
forestier national et de prospections sur le terrain.
Forme, élagage.
Photo Anne MADESCLAIRE.
441
R .F .F . XXXVIII - 5-1986
Catherine SINDOU - Anne MADESCLAIRE
Récolte des données
Les placettes sont constituées par des bouquets de Mélèzes, ou des Mélèzes dispersés sur une
parcelle, dans la mesure où l'ambiance forestière est jugée suffisante, et où les Mélèzes ne
souffrent pas d'une concurrence pour la lumière . 106 placettes de ce type ont été analysées.
Sur chaque placette, on s'intéresse aux quelques individus (3 à 10) bien conformés, les plus
hauts du bouquet, tenus pour ceux qui auraient fait partie de l'étage dominant d'un peuplement
complet de Mélèzes . Leur hauteur moyenne (qui se rapproche de la hauteur dominante) est
mesurée, ainsi que leur âge.
LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE DES PLACETTES DE MÉLÈZE D'EUROPE EN LORRAINE .
2
3
4
5
En traits pleins, les limites de départements ; en traits tiretés, les limites de régions naturelles : 1 - Argonne ; 2 Valanginien ; 3 - Plateaux calcaires ; 4 - Zones rouges ; 5 - Woëvre .
Biologie et forêt
La détermination du type de station est réalisée, sur chaque placette, à l'aide du catalogue des
stations forestières des plateaux calcaires de Lorraine 131 .
Exploitation des données
La pratique du catalogue a mis en lumière les affinités de certains types de stations entre eux
(affinités topographiques, mésoclimatiques, pédologiques, floristiques) . Aussi a-t-il été possible
de procéder à un regroupement de ces types, afin de disposer d'un échantillonnage satisfaisant.
Ce regroupement apparaît comme validé de façon satisfaisante par les résultats dendrométriques, mais on ne peut ignorer qu'il entraîne malheureusement la disparition de certaines
nuances apportées par le catalogue.
Cinq groupes de stations ont été construits . Ils seront détaillés ultérieurement.
RÉSULTATS
Étude de la croissance en hauteur
Les renseignements les plus fiables, de par la nature du matériel d'étude, sont fournis par
l'analyse de la croissance en hauteur du Mélèze, qui permet de comparer entre eux les
différents groupes de stations, pour leur fertilité.
Une courbe moyenne de croissance en hauteur C M est ajustée sur l'ensemble des couples de
données (âge, hauteur dominante) de chaque placette (graphique 1) . L'équation de cette courbe
est un polynôme du second degré :
1-1 30R , = 9,77 + 0,4 A — 2,46 .10 3 A2
avec
A
35
= hauteur dominante (m)
= âge (ans).
v
v
L'allure de la courbe C M donnée par
cette formule est inexacte pour les failaies valeurs d'âge (0 < A< 20 ans), car
ne passant pas par l'origine.
Elle révèle toutefois la rapidité de
Mélèze
d'Europe :
croissance
du
O
18 mètres de hauteur en moyenne à
25 ans . Le palier de croissance en
hauteur est atteint vers l'âge de
65 ans .
30
o
x
• O
VOX
25
O
o
x• O
• •
x
. •
v
.
q
00
V .q
..
.0
0
ô
o
15
.o
20
x
VO q
W
q
q
Types de stations
q
Graphique 1
COURBE MOYENNE DE CROISSANCE EN
HAUTEUR CM ET NUAGE DE POINTS POUR
CHAQUE TYPE DE STATION.
x.0
•X = q
0
20
CM
•
X.
•
40
60
3 et 4
5,6et7 :
V
2, 13 et 14 :
q
9, 15 et 16 :
O
10 :
x
80
(3) << Les Plateaux calcaires de Lorraine . Types de stations et potentialités forestières , par M . Becker, F . Le Tacon, J . Timbal . Nancy : Ecole nationale du Génie rural, des Eaux et des Foréts, 1980 . - 216-LII p.
443
R .F .F. XXXVIII - 5-1986
100
age
Catherine SINDOU - Anne MADESCLAIRE
A chaque groupe de stations, est adaptée la courbe de croissance en
hauteur lui correspondant, déduite proportionnellement à C M (graphique 2), l'écart relatif de hauteur à C M , étant d'après les mesures,
indépendant de l'âge .
Type de
station
Tableau
Rappels concernant la flore
et les essences caractéristiques des types de stations étudiés
(d'après le catalogue) Les autres caractéristiques de la station sont résumées dans le texte .
Graphique 2
COURBES DE CROISSANCE EN HAUTEUR DU MÉLÈZE D'EUROPE SUR CHAQUE GROUPE
DE STATIONS (en traits pleins) . REPRÉSENTATION DU FAISCEAU DES COURBES DE
CROISSANCE TIRÉES DE LA TABLE ANGLAISE (en traits tiretés) EXPLICITANT LES
CLASSES DE FERTILITÉ .
2
Hétraie-chènaie xérophile
a Seslérie
3
Hêtraie-chênaie mésoxerophile à Hépatique et Alisier blanc
4
Hêtraie-chênaie mésophile
à Mélique et Aspérule
5
— Stations 5, 6, 7 : stations de plateau ne présentant aucun facteur limitant ; il s'agit en effet de sols bruns eutrophes à lessivés
caractérisés par une profondeur de décarbonatation importante (audelà de 25 cm) et une texture des matériaux favorable (limons et
argiles) ; il en résulte de bonnes réserves hydriques (au moins
150 mm).
— Station 10 : station de versant nord, individualisée par son
mésoclimat à affinité montagnarde probablement favorable au Mélèze
d'Europe (dont on peut supposer l'origine montagnarde, pour la plupart) ; ce mésoclimat vient compenser la faible réserve en eau de ces
rendzines . L'écart de hauteur à 50 ans est en moyenne de plus de
2 mètres avec le groupe précédent .
Hêtraie-chênaie mésophile
Canche cespiteuse et
Millet diffus
a
6
Hêtraie-chênaie mésophile
tendance acidophile, a
Fougères mâle et femelle
a
7
Hêtraie-chênaie meso-acidophile a Mélique et Luzule blanchâtre
9
Hétraie-chênaie mésophile
calcaricole sur calcaire
marneux ou grouine
10
Hêtraie de versant Nord a
Tilleul a grandes feuilles et
Erables
13
Hêtraie-chênaie pubescente et chênaie pubescente
14
Hêtraie-chênaie thermoxérophile de versant Sud à
Seslérie
15
Hêtraie-chênaie mésophile
de versant Est ou Ouest
16
Hêtraie-chènaie mésophile
calcaricole de bas de pente
Interprétation :
Par ordre décroissant de fertilité pour le Mélèze d'Europe, les stations
définies au catalogue se classent ainsi :
Appellation
— Stations 9, 15, 16 : ces stations se différencient assez bien du type 10 :
• En situation de bas de pente, la station 16, développée sur colluvium épais, offre un bon
régime hydrique malgré une carbonatation totale.
• La station 15 est située en position topographique de versant ; le caractère Est ou Ouest de
son exposition engendre un mésoclimat assez proche de celui de la station 10, et qui vient
atténuer le régime hydrique peu favorable des rendzines fréquentes de cette station.
• La station 9 est une station de pente développée sur grouine ; le calcaire tendre, roche-mère
de ces rendzines, compense la faiblesse de la profondeur utile par la fourniture d'éléments fins
au sol, constituant une bonne réserve en eau.
— stations 3 et 4 : la croissance en hauteur du Mélèze y diffère peu de celle observée pour
le groupe précédent . Pourtant, ces stations de plateau ont un régime hydrique peu favorable
(réserves en eau voisines de 100 mm, évapotranspiration supérieure au groupe précédent) . II
s'agit de rendzines brunifiées à sols bruns calciques décarbonatés sur 5 à 25 cm.
444
Biologie et forêt
Espèces
caractéristiques
Sesleria caerulea
Hauteur dominante (m)
Essences
conseillées
Hêtre, Alisier blanc et torminal, Pin noir d'Autriche et
Laricio de Corse
Hepatica triloba
Sorbus aria
Hêtre, Alisier blanc et torminal, Pin noir d'Autriche et
Laricio de Corse
Asperula odorata
Melica uniflora
Hêtre, Epicéa, Douglas avec
prudence et lorsque la profondeur de décarbonatation
eu . d'au moins 20 cm
Deschampsia caespitosa
Millium effusum
Hêtre, Frêne et Sycomore
en mélange, Epicéa, Douglas
Deschampsia caespitosa
Millium effusum, Polystichum filix-mas
Athyrium filix femina, Poa
chaixi
Hêtre, Frêne et Sycomore
en mélange, Chênes sessile
et pédonculé, Epicéa, Douglas
Melica uniflora, Luzula albida, Oxalis acetosella, Poa
chaixi
Hêtre, Frêne et Sycomore,
Chênes sessile et pédonculé en mélange, Epicéa,
Douglas
12
30
20
4
Hêtre, Frêne en mélange,
Douglas et Epicéa (sur calcaire marneux), Pin laricio
de Corse (sur grouine)
Tilla
platyphyllos, Dentaria
pinata. Actaea spicata
Hêtre,
Erable sycomore,
Orme de montagne
Pin noir ou laricio (1 ef soustyp e )
Epicéa, Douglas (2 e soustyp e )
Quercus lanuginosa
Hêtre, Chênes, Sorbus aria
Sesleria caerulea
Helleborus foetidus
Hêtre, Alisier blanc, Pins noir
ou laricio de Corse
/
/
~
Types
de stations
/////// / / /~/
Classes de
fertilité
10
Hêtre, Erable sycomore,
Orme de montagne
Pin noir ou laricio (1 ef soustyp e)
Epicéa, Douglas (2 e soustype)
Hêtre, Sycomore, Frêne,
Epicéa
20
40
60
80
Age
— Stations 2, 13, 14 : stations les moins favorables, elles se détachent nettement, avec un
écart en hauteur proche de 3 mètres à 50 ans, par rapport au groupe précédent . La cause
principale de cette chute de fertilité est le déficit hydrique, lié à une faible profondeur de sol et
à une situation topographique accentuant l'évapotranspiration.
• La station 2 est une rendzine de plateau sur calcaire dur.
• Les stations 13 et 14 offrent également des rendzines sur calcaire dur, en rebord de plateau
exposé au sud pour la station 13, en versant sud (haut ou mi-pente) pour la station 14.
Approche de la productivité
Aucune région française, voisine sur le plan climatique de la région étudiée, ne dispose de table
de production pour le Mélèze d'Europe . Aussi avons-nous eu recours aux tables étrangères pour
apprécier la productivité du Mélèze sur les plateaux calcaires de Lorraine.
445
R.F .F . XXXVIII - 5-1986
Catherine SINDOU - Anne MADESCLAIRE
La surimposition des courbes de croissance obtenues dans cette étude, avec celles proposées
dans les tables de production allemande, suisse, anglaise, pour le Mélèze d'Europe, révèle que
la meilleure coïncidence est réalisée avec la table anglaise (Hamilton et Christie, 1971).
Par rapport aux courbes anglaises, on constate toutefois pour les courbes (cf . graphique 2) :
— Une croissance initiale beaucoup plus rapide, ce qui est contraire à l'expérience acquise
avec d'autres essences.
— Un ralentissement de croissance plus précoce (vers 70 ans, contre 90-100 ans) . Dans
quelle mesure doit-on alors incriminer le milieu physique des plateaux calcaires de Lorraine
(sécheresse, sols peu profonds) ?
Dans l'absolu, l'utilisation qui est faite, en Lorraine, des tables anglaises suppose que l'on
admette que la relation hauteur-volume soit approximativement la même sous le climat lorrain et
sous le climat anglais océanique ; or, celui-ci est généralement plus favorable à la production
forestière.
Mais compte tenu de la faiblesse de l'échantillonnage (provenances inconnues, sylviculture
inexistante, . . .) et des « trous » qu'il présente (jeunes et vieux peuplements), on peut penser que
l'adaptation des tables anglaises est acceptable.
Par ailleurs, on ne peut négliger le fait que la hauteur dite „ dominante » de cette étude est
probablement sous-estimée.
Comparaison avec l'Épicéa et le Pin noir d'Autriche
Les résultats obtenus, quant à la hauteur dominante et à la productivité du Mélèze d'Europe, à
50 ans, sur les groupes de stations, sont comparés aux résultats du Pin noir d'Autriche et de
l'Epicéa dans les mêmes conditions (Décourt, Le Tacon).
Interprétation du graphique 3 (ci-contre)
Hauteur
Sur l'échelle de hauteur dominante à 50 ans (H, – 50), l'amplitude du Mélèze (de 14 m au total)
est intermédiaire entre celle du Pin noir (10 m) et celle de I '_picéa (19 m), ce qui situe la rusticité
du Mélèze entre ces deux essences . Mais il convient de souligner que la hauteur à 50 ans du
Mélèze (jugée sous-estimée) est toujours supérieure à celle de l'Épicéa et à celle du Pin noir,
dans des conditions stationnelles analogues.
Productivité
Les connaissances acquises au sujet du Pin noir et de l'Épicéa permettent d'en comparer les
productivités respectives sur chaque type de station, avec celles présumées du Mélèze . Il est
évident que, sans analyse de sol et étant donné la nature du matériel d'étude, le même degré de
précision dans les résultats ne peut être atteint avec le Mélèze.
Un premier résultat important se dégage de l'observation du tableau I (ci-contre).
Pour tous les types de stations étudiés, la productivité potentielle du Mélèze d'Europe est
supérieure ou au moins égale à celle du Pin noir d'Autriche (exception faite, toutefois, de la
station 4, mais pour laquelle la productivité du Mélèze est probablement sous-estimée par le
classement de cette station dans le même groupe que la station 3).
L'analyse comparée des productivités par essence pour chaque type de station dessine les
tendances suivantes :
— Stations 6, 7 et 16 : pour ces stations dépourvues de véritable facteur limitant, l'Épicéa
446
Biologie et foret
E
o
5-6-7
L
E
o
~n
10
20
-16
18
16-17
9-15-10
. 14
6-7
3-4
-16
5
-12
Graphique 3
CORRESPONDANCE ENTRE
L'ÉCHELLE DE HAUTEUR A
50 ANS (H-50 en m) ET LES
ÉCHELLES DE PRODUCTIVITÉ
POTENTIELLE DE BOIS FORT À
50 ANS (I-50 en m 3/ha/an)
POUR LE MELEZE D'EUROPE,
L'ÉPICÉA COMMUN ET LE PIN
NOIR D'AUTRICHE, PAR TYPE
DE STATION
H-50 représente:
pour le Mélèze, la hauteur
dominante H dom »
- pour l'Épicéa et le Pin noir
d'Autriche, la hauteur dominante
d'après Découd et Le Tacon
I-50 provient
- pour le Mélèze, de la table
anglaise
- pour l'Épicéa et le Pin noir
d'Autriche, des résultats de
Découd et Le Tacon .
-14
ti0
25
E
o
10
-12
2-3-10-14-15
to
4-5-6-7
3-9-10-15
-8
\
20
14
20
8
12
20
6
6
2-13-14 10
15
8
4
4
-6
2
-4
o
MELEZE
PIN NOIR
D'EUROPE
EPICEA COMMUN
Production potentielle théorique, à 50 ans, en m 3 /ha/an,
Tableau I
en volume de bois fort, pour le Mélèze d'Europe, le Pin noir d'Autriche et I'Epicéa commun,
sur chaque type de station défini par le catalogue
N° de station
2
5
6
7
9
10
13
14
15
16
20 1 ' )
10
13,5
13,5
13,5
10,8
11,5
7,8
7,8
10,8
10,8
-
11,2
11,2
11,2
9,4
9,4
7,2
7,2
9,4
-
9,9
11
14,4
14,4
-
6,5
-
6,5
6,5
11,9
3,8
3
4
10
Mélèze
7,8
Pin noir
7,2
9,4
11 ,2
Epicéa
6,5
6,5
6,8
(') Station 20 formations végétales de friches ou pelouses localisées essentiellement sur pentes.
apparaît plus productif que le Mélèze d'Europe et a fortiori le Pin noir d'Autriche (pour les
stations 6 et 7, 14,4 m'/ha/an à 50 ans pour l'Épicéa contre 13,5 et 11,2 respectivement pour le
Mélèze et le Pin noir) '''
(4) La productivité proposée pour e Mélèze en station 16 est certainement sous-évaluée . du fait d ' un échantillonnage restreint, la
station 16 a été regroupée avec les stations 9 et 15 . de performances dendrométriques apparemment voisines . Mais ce
regroupement masque la supériorité de la station 16, relative a une alimentation en eau préférentielle (position topographique de
bas de pente) .
447
R.F .F . XXXVIII - 5-1986
Catherine SINDOU - Anne MADESCLAIRE
— Stations 3, 4, 5, 9, 10, 15 : le Mélèze d'Europe apparaît comme une alternative particulièrement intéressante à l'Épicéa et au Pin noir d'Autriche sur ces stations de potentialité moyenne.
Le Mélèze d'Europe montre, en effet, sur ces milieux, une productivité moyenne de 11,1 m 3 /ha/
an à 50 ans, par opposition à l'Épicéa (7,5 m 3 /ha/an), qui souffre de chlorose.
Quant au Pin noir d'Autriche, sa performance est intermédiaire (10 m 3 /ha/an).
— Stations 2, 13, 14 : sur ces stations difficiles, la productivité de l'Épicéa s'effondre
(6,5 m 3 /ha/an à 50 ans), et le Mélèze d'Europe présente des résultats très voisins de ceux du
Pin noir (respectivement 7,8 et 7,2 m 3 /ha/an).
En faveur du Mélèze sur ces stations, il convient de retenir, outre sa qualité de bois, plus
recherchée que celle du Pin noir d'Autriche, sa hauteur à 50 ans, de 6 mètres supérieure à celle
du Pin noir, et qui laisse envisager un meilleur coefficient de forme.
Les stations 17 et 18 du catalogue n'ont pas été étudiées ; il s'agit d'un sol brun calcaire
colluvial de fond de vallon étroit pour la station 17, et d'un sol brun eutrophe colluvial de fond
de vallon large pour la station 18 . De méme que pour les stations sans facteur limitant 6, 7 et
16, il est probable que l'Épicéa valoriserait mieux ces stations que le Mélèze (le Pin noir devant
en être proscrit).
CONCLUSIONS
A propos de cette étude de la croissance en hauteur et de la productivité du Mélèze d'Europe
sur les plateaux calcaires de Lorraine, il convient d'insister sur les trois résultats suivants :
— Le Mélèze d'Europe s'accommode bien de la présence de calcaire actif : sur la gamme
des sols développés sur roche-mère calcaire, il fait preuve d'une longévité certaine (les sujets
centenaires ne sont pas rares, même sur les stations défavorisées) et offre une production
potentielle théorique honorable (pouvant atteindre 13,5 m 3 /ha/an à 50 ans) avec un rythme de
croissance soutenu jusqu'à 65 ans environ.
- Malgré une sylviculture inexistante sur les placettes étudiées, le Mélèze d'Europe présente, en général, un état sanitaire et une forme satisfaisants (absence de chancre, bonne
rectitude, élagage naturel sur 40 % de la hauteur totale).
— Enfin, le Mélèze d'Europe apparaît comme dévalorisé, à tort, sur la zone d'étude, par
rapport à l'Épicéa et au Pin noir d'Autriche, surimplantés.
En effet, sur les stations de potentialité moyenne de par leur économie en eau essentiellement
(types 3, 4, variantes peu favorables du type 5, types 9, 10, 15, c'est-à-dire stations présentant
des sols pas ou peu décarbonatés et superficiels sur plateau ou pente en exposition N, O ou E),
le Mélèze d'Europe se révèle être une alternative particulièrement intéressante :
• à l'Épicéa, qui sur ces milieux, souffre d'une teneur excessive en calcaire, que ne vient pas
compenser une alimentation en eau suffisante,
• et au Pin noir d'Autriche, dont la rusticité n'est pas toujours une qualité indispensable,
d'autant que le bois de Mélèze, à catégorie de diamètre égale, est beaucoup mieux apprécié
que celui du Pin noir.
En ce qui concerne le Mélèze d'Europe pour la zone des plateaux calcaires de Lorraine, il
conviendrait de s'interroger maintenant sur la qualité de son bois et ses utilisations possibles,
ainsi que sur la sylviculture, de toute façon dynamique, à lui appliquer.
448
Les conclusions de cette étude doivent être envisagées avec la prudence nécessaire requise
par la nature du matériel d'étude et la faiblesse
de l'échantillonnage . Cependant, il demeure
qu'elles devraient inciter, en Lorraine et au-delà,
les sylviculteurs encore quelque peu réticents, à
restituer au Mélèze d'Europe ses justes qualités ; et tout particulièrement les sylviculteurs
privés, pour lesquels elle allie principalement
terme d'exploitabilité précoce, et plasticité certaine.
Enfin, pour compléter le profil de cette essence,
soulignons qu'à ses aptitudes à la production,
s'ajoutent son intérêt sylvicole (en plein, mais
aussi en mélange et regarnis dans les plantations de Hêtre voire de Chêne), ainsi que ses
qualités esthétiques, sa valeur paysagère.
Catherine SINDOU
Ingénieur civil des Forêts
ÉCOLE NATIONALE DU GÉNIE RURAL
DES EAUX ET DES FORETS
14, rue Girardet
54042 NANCY CEDEX
Anne MADESCLAIRE
Ingénieur des Techniques forestières
CENTRE RÉGIONAL DE LA PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE
DE LORRAINE-ALSACE
41, avenue du Général-de-Gaulle
Comparaison Pin noir d'Autriche et Mélèze d'Europe
57050 LE-BAN-SAINT-MARTIN
Photo Anne MADESCLAIRE
BIBLIOGRAPHIE
BASTIEN (J . Ch .), KELLER (R .) . - Intérêts comparés du Mélèze hybride (Larix x Eurolepis Henry) avec les deux
espèces parentes . - Revue forestière française, vol . XXXII, n° 6, 1980, pp . 521-530.
BECKER (M .), LE TACON (F .), TIMBAL (J .) . - Les plateaux calcaires de Lorraine - Types de stations et
potentialités forestières . - Nancy : École nationale du Génie rural, des Eaux et des Forêts, 1980 . - 216LII p.
DÉCOURT (N .), LE TACON (F .) . - Essai de prévision de la production de l'Épicéa à l ' aide de déterminations
pédologiques simples (plateaux calcaires de l'Est de la France) . - Revue forestière française, vol . XXIII, n° 3,
1971, pp . 369-376.
DÉCOURT (N .), LE TACON (F .) . - Comportement du Pin noir (Pinus nigra Am . nigricans) sur les plateaux
calcaires de l'Est de la France . - Revue forestière française, vol . XXVI, n° 3, 1974, pp . 211-218.
FOURCHY (P .) . - Conférences sur l'écologie et la sylviculture du Mélèze . - Nancy : École nationale du Génie
rural, des Eaux et des Forêts, 1965.
HAMILTON (G .J .), CHRISTIE (J .M .) . - Forest management tables . - Forestry Booklet, n° 34, 1971, pp . 142-145.
PARDÉ (J .) . - Plaidoyer pour le Mélèze . - Revue forestière française, vol . VIII, n° 9, 1957, pp . 634-648.
REBOISEMENTS (Les) résineux en Meuse . - Est Inter Bois, n° 16 et 17.
ROUCACHE (C .) . - Le Mélèze d'Europe, in : Les essences de reboisement ; synthèses bibliographiques
réalisées par les élèves-ingénieurs civils des Forêts . - Nancy : École nationale du Génie rural, des Eaux et
des Forêts, 1983, pp . 39-44.
SCHOBER (R .) . - Die Làrche . - Hanover : Schaper, 1949 . - 283 p.
TABLES de production pour le Mélèze en Suisse . - Birmensdorf : Institut fédéral de Recherches forestières,
1969 .
449
R .F.F. XXXVIII - 5-1986
VIENNENT DE PARAÎTRE
L'O .N .F . en Languedoc-Roussillon
La Direction régionale de l'Office national dcs Forêts à Montpellier (384, rue Croix de Las
Cases - B .P . 6074 - 34030 Montpellier Cédex) vient de faire paraître une excellente
plaquette ,> d'une cinquantaine de pages, abondamment illustrée, sur les forêts dont elle
a la charge.
Elles sont d'abord présentées généralement dans leur cadre écologique, économique et
social ; les principaux massifs domaniaux sont ensuite détaillés département par département.
MACHINES D'EXPLOITATION FORESTIÈRE (3ème édition)
L'A .R .M .E .F . vient de publier la troisième édition du catalogue des machines d'exploitation
forestière dans lequel apparaissent de nombreuses nouveautés.
La présentation sur 82 pages est identique : une fiche par engin, comprenant les principales caractéristiques techniques, les différents équipements et options, et l'adresse du
constructeur ou de l'importateur.
Ces fiches sont regroupées par rubriques : abatteuses-ébrancheuses et machines de
récolte, débusqueuses (skidders), débardeuses (porteurs), agricoles forestiers, chenillés
forestiers.
Ce document peut être commandé à I'A .R .M .E .F . (85, rue Lafayette 75009 PARIS) au prix
de 90 F franco (représentant les frais d'impression et de diffusion).
L'ANNUAIRE FORESTIER DE LA RÉGION CENTRE
Constituée en association loi 1901, la Bourse des travaux forestiers, qui regroupe tous les
partenaires de la filière-bois, est la seule structure interprofessionnelle concernant la
filière-bois sur la région Centre.
Créée en novembre 1982 pour le département du Loir-et-Cher, avec comme objectif de
favoriser la réalisation des travaux forestiers, la Bourse des travaux forestiers, est devenue régionale depuis le 26 avril 1986.
Elle vient d'éditer l'annuaire forestier de la région Centre, qui recense et décrit quelque
500 entreprises des six départements, de la pépinière à la scierie . . . Cet annuaire est
indispensable à tous les donneurs d'ouvrages de la région, qu'ils soient propriétaires
sylviculteurs, exploitants forestiers, experts, O .N .F . . ..
La Bourse des travaux forestiers diffuse périodiquement une lettre à ses adhérents
regroupant les offres et demandes de chantiers ; elle a organisé également une démonstration de matériels forestiers . Elle a mis en place un groupement d'achats avec des prix
compétitifs pour les lubrifiants, les produits phyto-sanitaires.
La Bourse des travaux forestiers est une association fort active, qui du fait qu'elle est la
seule structure professionnelle à regrouper tous les partenaires du monde forestier, aura
certainement un rôle essentiel à jouer dans l'avenir au service de la filière-bois de la
région Centre .
450
Fly UP