...

C H R O N I Q U E …...

by user

on
Category: Documents
7

views

Report

Comments

Transcript

C H R O N I Q U E …...
CHRONIQUE… EN LIBRAIRIE
ANGELIER (Ariane)
Douglasaies françaises
Paris : Office national des Forêts, 2007. — 296 p., tableaux, graphiques, photographies en
couleur, bibliographie (Guide des sylvicultures) (ISBN 978-2-84207-315-2).
La France, avec près de 400 000 hectares de Douglas, est le premier pays européen du point de vue
de l’importance des surfaces de douglasaies. Cette essence, dont la montée en puissance de la
production est considérable, méritait bien de figurer en bonne place dans les publications de l’Office
national des Forêts. Le guide des sylvicultures des douglasaies françaises arrive donc à point.
Cet ouvrage rédigé par Ariane Angelier, avec le concours de personnels de l’ONF d’horizons divers, et
conçu d’abord pour le « Grand Massif central », principal bassin de production du Douglas en France,
est également applicable aux autres régions de production en France. Il est divisé en six parties.
Les deux premières parties portent sur des données générales propres au Douglas, à son écologie, et
aux objectifs sylvicoles.
La troisième partie est consacrée au traitement en futaie régulière. Le choix entre régénération naturelle et artificielle est fonction du contexte. L’accent est mis sur l’importance de la génétique. Les
éclaircies sont largement développées en utilisant des référentiels techniques basés sur 3 classes de
fertilité. Des scénarios de rattrapage sont définis.
La quatrième partie est réservée au traitement en futaie irrégulière. Cette sylviculture est envisagée
dans des peuplements en voie d’irrégularisation (trouées de chablis, forte différentiation sociale) ou en
présence de contraintes paysagères ou de protection.
Un tarif de cubage (AFOCEL-ONF) constitue la cinquième partie. Il s’agit du tarif AFOCEL de 1982, mis
à jour en 1991 à partir de données complémentaires prises sur des arbres plus âgés. Son domaine
géographique est national.
Enfin, la dernière partie établit une synthèse des questions posées par le groupe de travail auteur de
ce guide. Certaines de ces questions restent en suspens et débouchent sur des études à mener sur
un plus long terme. On peut citer, parmi celles-ci, les plantations à larges espacements, la variabilité
génétique, le mélange d’essences.
Des annexes nombreuses enrichissent un document qui contient beaucoup d’informations. On peut
mesurer la pertinence et la diversité de celles-ci par la qualité du travail collectif qui en est à l’origine
et qui s’est révélé être d’une grande efficacité pour assurer à cette remarquable essence qu’est le
Douglas la sylviculture qu’il mérite.
Yves BASTIEN
Adresse de l’éditeur : Office national des Forêts — 2, avenue de Saint-Mandé — F-75570 PARIS
CEDEX 12 (site internet : www.onf.fr)
BALLU (J.-M.)
L’Hermione, l’aventure de sa reconstruction
Paris : Éditions du Gerfaut, 2007. — 136 pages, photographies en couleurs.
Au XVIIIe siècle, Rochefort était un puissant port militaire sur la basse Charente.
On y construisait vaisseaux de ligne et, plus facilement, frégates ; les frégates : des trois mâts légers,
rapides et surtoilés, bâtiments de liaisons et de reconnaissance dont “L’Hermione”.
406
Rev. For. Fr. LX - 3-2008
Chronique
Sa construction accélérée lui permit de livrer en mai 1779 un premier combat. La guerre d’indépendance des “États-Unis” battait son plein ; marine et armée française prêtaient assistance active, et
déterminante, aux colonies anglo-américaines en révolte.
Né en 1757, le marquis de La Fayette part de Rochefort à Boston le 10 mars 1780 sur l’Hermione, y
annonce l’arrivée prochaine d’une armée alliée française sous les ordres du général Rochambeau, se
bat courageusement et, après Yorktown, quitte l’Amérique avec les honneurs, en décembre 1781.
Au début des années 1990, un petit groupe très actif qui devint vigoureuse association très déterminée, et efficace, décida, en en rassemblant les moyens financiers année après année, de faire, à
Rochefort, une réplique exacte de l’Hermione, qui ira ensuite rendre visite à ses souvenirs américains,
puis prendra port prolongé et mobile à Rochefort.
Le livre étonnant, et parfaitement renseigné, dont nous rendons compte succinctement, est l’œuvre de
J.-M. Ballu, ingénieur général du Génie rural, des Eaux et Forêts, spécialiste reconnu des peuplements
forestiers, de bois de marine et de charpente navale.
C’est l’histoire d’abord de l’Hermione première, mais très principalement de sa reconstruction que nous
raconte avec chaleur et parfaite compétence J.-M. Ballu, sous la forme d’un reportage.
Un navire aussi proche que possible de l’original navire, ayant comme lui des dimensions de coque
de 44,20 m x 11,20 m ; hauteur de la coque : 12 m ; poids final : 1 256 tonnes ; hauteur du grand
mât : 56,55 m, dont 45 au-dessus du pont.
Début du chantier : février 1997.
Lancement dans la Charente prévu en 2011, navigation en Amérique : 2012.
Jean PARDÉ ✝
Pour tous renseignements sur l’Hermione : Association Hermione-La Fayette — BP 70177 —
F-17308 ROCHEFORT CEDEX (http://www.hermione.com)
Adresse de l’éditeur : Éditions du Gerfaut — 26, rue Jacob — F-75006 PARIS.
NABORS (M.)
Biologie végétale. Structures, fonctionnement, écologie et biotechnologies
Paris : Pearson Education France, 2008. — 614 p., tableaux, figures, photographies, bibliographie, glossaire, lexique anglais-français, index (ISBN 978-2-7440-7306-9).
Prix : 65 €
M. Murray Nabors enseigne la biologie végétale depuis trente-six ans aux États-Unis d’Amérique. Il s’intéresse, nous apprend son éditeur, énormément à l’écriture. Croisez les deux compétences et vous
obtiendrez « Introduction to Botany » dont la traduction française est parue en mars 2008, coordonnée
par M. Georges Sallé (université Pierre et Marie Curie – Paris VI).
S’adressant à des étudiants de 1er cycle d’études supérieures (licence, classes préparatoires aux
grandes écoles, prépas intégrées), l’ouvrage aborde tous les aspects de base de la discipline : structure des plantes ; fonctions des plantes ; génétique et expression des gènes : évolution ; diversité
(y compris virus, procaryotes, algues, champignons, bryophytes, plantes vasculaires sans graines,
gymnospermes et angiospermes) pour finir par l’écologie végétale et la biologie de la conservation.
Agrémenté de très nombreuses illustrations en couleur et de photographies judicieusement choisies, il
est vraiment conçu et écrit pour l’enseignement, avec des encadrés qui ouvrent des chemins de
traverses au gré des sujets traités.
Chacun des 26 chapitres commence par un sommaire et se conclut par un résumé suivi de questions
destinées à l’autocontrôle des connaissances puis à l’approfondissement de la réflexion, avec toujours
une question particulière concernant l’évolution biologique (c’est suffisamment rare en français pour
être salué chaleureusement) et des références choisies avec parcimonie pour des lectures d’approfondissement (majoritairement en anglais, malheureusement). Un glossaire, un lexique anglais-français et
un index complètent l’ensemble.
La science n’a pas de frontières, dit-on. Quoi qu’il en soit réellement, il est nécessaire que l’étudiant
français connaisse ce qui est et ce qui se fait au-delà de notre pays. Sans aucun doute cet ouvrage y
contribue, par l’ouverture qu’il permet vers les grands espaces nord- et sud-américains.
Rev. For. Fr. LX - 3-2008
407
EN LIBRAIRIE
Un petit regret : certaines explications relatives à la foresterie sont données avec maladresse (le défrichement est présenté comme une éclaircie), quelques coquilles peuvent ici ou là empêcher la bonne
compréhension d’un schéma, et le texte original datant de 2004 n’est pas toujours pertinent pour
traiter des OGM ou de la classification des êtres vivants, thèmes en pleine évolution ces dernières
années.
Il n’empêche : celui qui aura assimilé le contenu de l’ouvrage sera intellectuellement bien armé pour
comprendre certains enjeux de notre siècle : nourrir six milliards et demi d’hommes, conserver la
biodiversité, produire matériaux et énergies renouvelables, ne pas accroître l’effet de serre…
Christophe VOREUX
Adresse de l’éditeur : Pearson Education France — 47bis, rue des Vinaigriers — F-75010 PARIS.
DELAHAYE PANCHOUT (M.), LADIER (J.) et al.
Le Mélézin : un avenir incertain
Aix-en-Provence : ONF – Direction territoriale Méditerranée, 2006. — 50 p., dessins, photographies, lexique, bibliographie (Les carnets du forestier. Alpes du Sud).
Rédigé par un groupe de forestiers de la Direction territoriale Méditerranée de l’Office national des Forêts
et fruit d’une collaboration entre l’ONF et le CRPF de Provence-Alpes-Côte d’Azur, ce petit guide apporte
des informations intéressantes sur le Mélèze d’Europe, essence emblématique des Alpes du Sud.
L’intérêt de ce guide est de s’appuyer sur les connaissances les plus récentes au niveau de la dynamique de cette essence et de son écosystème pour mettre en relief différents scénarios d’évolution du
mélézin. Le maintien du Mélèze est fortement conditionné par la pratique raisonnée d’interventions
humaines régulière pour protéger cette essence menacée par la fermeture du couvert forestier et la
concurrence d’espèces d’ombre comme le Hêtre ou le Sapin. Des propositions de gestion pertinentes
sont proposées.
Yves BASTIEN
Adresse de l’éditeur : Office national des Forêts – Immeuble Actiplus — ZI de Saint-Joseph —
F-04100 MANOSQUE.
VIGOUROUX (A.)
Le Platane. Portrait, botanique, maladies
Aix-en-Provence : Édisud, 2007. — 128 p., dessins, photographies en couleur, bibliographie
(Petite bibliothèque Édisud) (ISBN : 978-2-7449-0704-3).
Prix : 17 €
Connu comme arbre d’alignement ou de parc, le Platane, arbre rustique au port remarquable, est pratiquement présent dans tous les pays tempérés du globe. Silhouette familière d’un grand public, cet
arbre conserve néanmoins bon nombre de secrets concernant ses caractéristiques internes.
André Vigouroux, ingénieur agronome et directeur de recherches spécialisé dans l’étude des pathologies végétales à l’INRA de Montpellier, dans un livre richement documenté, brosse un panorama
complet sur le Platane. Sont successivement abordés sa classification botanique, son histoire, sa
culture, ses rapports avec la société et ses problèmes sanitaires.
Un style clair et alerte, de nombreuses et belles photographies, un petit glossaire précédant une
bibliographie font de cet ouvrage un document de référence qui pourra satisfaire un large public.
Yves BASTIEN
Adresse du diffuseur : Groupe Calade Diffusion — 3120 route d’Avignon — La Calade —
F-13090 AIX-EN-PROVENCE (site internet : www.edisud.com).
408
Rev. For. Fr. LX - 3-2008
Fly UP