...

LES CHAUVES-SOURIS FRUGIVORES DE LA RÉGION ... MANAUS ET LEUR RÔLE DANS LA DISSÉMINATION ... ESPÈCES VÉGÉTALES

by user

on
Category: Documents
1

views

Report

Comments

Transcript

LES CHAUVES-SOURIS FRUGIVORES DE LA RÉGION ... MANAUS ET LEUR RÔLE DANS LA DISSÉMINATION ... ESPÈCES VÉGÉTALES
LES CHAUVES-SOURIS FRUGIVORES DE LA RÉGION DE
MANAUS ET LEUR RÔLE DANS LA DISSÉMINATION DES
ESPÈCES VÉGÉTALES
NÉLIO ROBERTO DOS REIS *
et
JEAN-LOUI S GUILLAUMET* *
En pays tropical les chauves-souris semblent , par leur abondance et
leur activité , être l'un des principaux agents de dissémination des plantes .
En Amazonie , Huber estimait dès 1 9 1 0 que leur rôle était plus important
que celui des oiseaux frugivores . Le présent article , consacré aux rapports
entre chauves-souris et fruits en Amazonie centrale , ne représente qu'une
partie d'un travail plus général sur l'écologie des Chéiroptères de la région
de Manaus (Reis , 1 98 1 ) .
Pendant 1 6 mois , 1 1 74 individus appartenant à 5 2 espèces furent cap­
turés en 8 localités régulièrement suivies, ainsi qu'en quelques autres
endroits non systématiquement explorés.
Deux stations de capture étaient situées dans un vaste massif de forêt
primaire de type dense humide sempervirent , traversé de quelques rares
routes . Les six autres se trouvaient dans un milieu très humanisé , mosaïque
de culture s , de j achères à différents stades (4 stations) et de lambeaux
forestiers . Enfin , quelques échantillons furent collectés dans la ville même
de Manaus et dans les zones d'inondation de l 'Amazone (Fig . 1 ) .
Les animaux furent capturés à l 'aide de filets j aponais de 72 m' ( 6 x 1 2
rn ) tendus entre 0 , 5 e t 2 rn au-dessus du sol . Des récoltes directes ont aussi
été faites de j our dans les gites de repos des chauves-souris. Chaque spéci­
men capturé fut placé dans un sac de toile pour ne pas perdre ses excré­
ments . Après examen , les graines furent triées et, quand cela fut possible ,
mises à germer en terre stérile .
L' identification des fruits consommés fut faite soit directement à partir
de semences , soit par comparaison avec les plantes de la région ou de la
collection de l'INPA , soit après germination et obtention de plantules
d'une taille suffisante pour permettre leur détermination .
RÉSUL TA TS
1 . L ES ESP È CES D E CHA UVES-SO URIS FR UGIVORES
Des individus de 52esf>èces appartenant à 7 familles furent capturés
( 8 sp . ) , Noctilionidae (2 sp . ) , Mormoopidae (1
(Tab . I) : Emballonuridae
Universidade estadual de Londrin a . C . C . B . Departamento d e Biologia gerai CP 600 1 . C E P 86 100.
Londrina PR. B rési l .
l nstituto Nacional d e Pesquisas d a Amazônia. Departamento de Ecologia . (Accord CNPq/CNRS­
ORSTOM ) . CP 47H. CEP 690!Kl Manaus A M . Brési l .
*
'*
R e v . Eco/. ( Terre Vie ) . vol . 3R, 1 9R3
TAB L E A U I
des
A nalvse
- contenus stomacaux et des excréments des
Chéiroptères capturés.
Végetaux
<O
+'
o
.....,
�
QJ
...
..C
E
o
z
VI
=>
-o
.,.... (/)
> 1 <1.1
•r- s...
-o "
C: +'
·r- o.
- "'
-o u
VI
<1.1
<1.1
-o
0
...,
VI
....
c: ..Cl
0 <0
c: ·�
....
VI ·�
·� +'
S... c:
..Cl <1.1
1 <1.1 -o
a ·�
491
1 29
44
318
33
8
8
17
86
5
9
72
3
3
>
u
ll1
...,
<li VI
<1.1
VI U
+' C:
·� <1.1
=> E
'- <li
LL VI
c:
<1.1
0
�
c..
VI
...
"
<1.1
c:::
VI
<1.1
...,
u
<1.1
VI
c:
�
VI
1 <1.1
...
VI ..Cl
+' 1 <1.1
·� ...,
..., ,_
<1.1 <1.1
c.. >
CAROL L I N A E
C a r o l l i a b rev i c a u d a * *
C.
p e r s p i c i l l a ta
Rh i n o phyl l a p u m i l i o
3
3
STURN I R I NA E
S t u r n i ra l i l i um
S T E N O D E RM I NA E
U ro d e rma b i l o b a tum
6
U . ma g n i r o s t ru m
2
1
1
Vampyro p s h e l l e r i
3
2
1
C h i roderma t r i n i tatum
1
Ectophyl l a ma c c o n e l l i
8
Art i beu s c i n e r e u s
A . conco l o r
1
2
1
5
2
2
7
4
5
1
3
A . j a ma i ce n s i s
40
5
8
28
A.
64
22
7
35
6
4
1 i tu ra t u s
Ame t r i d a c e n tu r i e
2
P H Y L L OSTOM I NA E
M i c ronycte r i s mega l o t i s
13
14
M . n i c e fo r i **
1
Tona t i a b i d e n s * *
5
2
T.
5
2
Phyl l o s tomu s d i s co l o r
17
6
4
Ph . h a s ta t u s
39
16
7
Ph . e l o n g a tu s
20
7
1
Tra c h o p s c i rrh o s u s **
7
3
Vampyrum s pe c t rum**
1
s i l v i col a**
1
1
3
1
1
1
7
8
8
12
3
1
1
GLOSSO PHAG I NA E
G l o s sophaga sor i c i na
5
2
3
L o n c h ophyl l a thoma s i
7
2
1*
1*
2
1
2*
C h oe r o n i s c u s m i ner**
*
Un s e u l
**
E s pè c e s c i té e s comme fru g i vores d a n s l a l i tté ra t u r e ma i s n o n o b s e rv é e s comme
t e l l e s da n s
l a rég i on de Manau s .
i n d i v i du .
1 48 -
sp . ) , Phyllostomidae (30 sp . ) ,
sp . ) , Vespertilionidae ( 5 sp . ) et
observées comme telles dans la
ture , appartiennent toutes à la
Desmodontidae ( 1 sp . ) , Thyropteridae ( 1
Molossidae (4 sp . ) . Les espèces frugivores ,
région de Manaus ou citées dans la littéra­
famille des Phyllostomidae .
Trois sous-familles sont exclusivement frugivores : les Carollinae (3
sp . ) , les Sturn irinae ( 1 sp . ) et les Stenoderminae ( 1 0 sp . ) ; les deux autres
le sont en m aj orité , Phyllostominae avec 9 espèces sur 1 1 et Glossophagi­
nae avec 3 sur 5 . ( 1 )
1 . 1 S O U S- FA M I L L E D E S C A R O L L I N A E
Caro/lia brevicauda (Wied , 1 82 1 ) - Trois exemplaires collectés avaient
du matériel végétal non identifiable dans l 'estomac . L'espèce est donnée
com m e frugivore par Gardner ( 1 977) .
Carrolia perspicillata (Linné , 1 758) - Avec 49 1 individus , soit 42 ,7 %
du total , c'est la chauve-souris la plus fréquemment capturée . Vingt-huit
espèces végétales furen t identifiées dans son régime alimentaire , dont 2
seules étaient déj à connues ( Piper tuberculatum et Solanum paniculatum ) .
Des grai nes d e Piper aduncum étaient présentes dans les excréments de 23
% des i n dividus , celles de Vismia guianensis dans 1 9 ,5 % . Le tube digestif
de 26 % des animaux était vide , celui de 9 % contenait du m atériel végétal
non identifi able et 0,2 % seulement du pollen .
Nous n ' avons j a m ais observé la consommation d'insectes, contraire­
ment à Ruschi ( 1 95 3 ) et Arata et al. ( 1 967) . Valdivieso et Tamsit ( 1 962) ,
Tamsit et Valdivieso ( 1 965 ) , Mc Nab ( 1 969) considèrent Caro/lia perspicil­
lata comm e frugivore , et Greenhall ( 1 956) , Goodwin et Greenhall ( 1 96 1 ) ,
Howel l e t Burch ( 1 974) e t Heithaus et al. ( 1 975) donnent une liste de 87
espèces de proies m angées par cette chauve-souri s .
L e s fruits de grande taille sont consommés directement sur l ' arbre .
Plusieurs foi s , des i n dividus furent capturés en plein vol avec des fruits dans
leur bouche ; ils peuven t ainsi transporter la moitié de leur poids de nourri­
ture ( 1 5 à 20 g) , avant de la consommer en des lieux de repos spéciaux ,
grands arbre s , bananiers , m aisons abandonnées . . .
Rhin ophylla pumilio ( Peters , 1 865) - Sur les 33 individus obtenus , 8
avaient leur tube digestif vide et des débris végétaux non identifiables
furent trouvés dans 8 autre s . Les semences des espèces végétales ont été
identifiées dans les excréments de 15 autres spécimens : Vismia duckei ( 4
i nd . ) , V. guianensis (4 i nd . ) , V. sp. ( 1 ind . ) , Solanum rugosum (2 ind . ) , S.
sp . ( 2 i nd . ) , Piper aduncum (3 ind . ) et Sizygium jambolana (1 ind . ) . Les
données bibliographiques sur les habitudes alimentaires de cette espèce
sont quasi i nexistante s , Tuttle ( 1 970) et Mc Nab ( 1 969) pensent qu'elle
consomme des fruits .
1 . 2 S O U S - FA M I L L E D E S STU R N I R I N A E
"
Sturnira !ilium (E. G eoffroy , 1 8 1 0) - Quatre-vingt six i ndividus ont été
capturés , dont 81 avaient ingéré graines ou pulpes de fruits ; les ·autres
n ' avaient rie n mangé . Qui nze espèces végétales furent identifiées ; les plus
importantes étaient : Piper aduncum (38 ind . ) , Solanum rugosum et Para( 1 ) La n o m e n c l a t u re u t i l isée d a n s c e t a r t i c l e e s t c e l l e adoptée par Re i s et Pe racch i . 1 9X3 .
- 1 49 -
queiba sericea (6 ind . ) , Solanum grandiflorum (4 ind . ) , Vismia duckei (3
ind . ) et Piper hostmannianum (2 ind. ) , les autres espèces n ' avaient été
consommées que par un individu .
De nombreux auteurs ont parlé du régime frugivore de Sturnira
!ilium : Goodwin ( 1 946) , Tamsit etValdivieso ( 1 96 1 ) , Goodwin et Green­
hall ( 1 961 ) , Arata et al. ( 1 967) , Mc Nab ( 1 969) , Perachi et Albuquerque
et al. ( 1 972) , et Taddei ( 1 973) . Au Costa
,
( 1 97 1 ) , Fleming ( 1 98 1 )Fleming
(1975 signalent
),
la consommation d e pollen ; Ruschi
Rica , Heithaus et al.
( 1 953) et Howel et Burch ( 1 974) notent aussi des insectes.
FIGURE 1 : La région de Manaus . L è s localités de capture sont marquées d'une croix ;
les pointillés figurent les zones habitées et cultivées .
1 . 3 SOUS-FAMILLE DES STENODERMINAE
Uroderma bilobatum ( Peters , 1 866) - Les excréments de l'unique indi­
vidu capturé en forêt contenaient des graines de Solanum grandiflorum, du
sable et des brindilles. Les deux suj ets de formations secondaires avaient
:nangé des fruits d'un Ficus sp . et de Cecropia pa/mata , et les trois autres
du matériel végétal non identifiable .
- 1 50
Le régime frugivore de cette chauve-souris a déj à été signalé par Car­
valho ( 1 96 1 ) , Goodwin et Greenhall ( 1 96 1 ) , Walker ( 1 964) , Tamsitt et Val­
divieso ( 1 965) , Ducke ( 1 967) , Villa-R ( 1 967) et Mc Nab ( 1 969) . Fleming et
al. ( 1 972) mentionnent aussi la consommation d'insectes.
Uroderma m agnirostrum (Davis, 1968) - Des deux exemplaires collec­
tés , l 'un était à j eun et l'autre avait mangé des fruits de Cecropia pa/mata.
On a pu observer des individus de cette espèce s'alimentant sur cet arbre
en même temps qu'A rtibeus literatus.
L'unique référence sur le régime de cet animal est due à Gardner
(1 977) qui collecta des individus couverts de pollen .
Vampyrops helleri (Peters , 1 867) - Trois exemplaires capturés , 2 à j eun
et un avec des graines de Cecropia concolor.
Cette espèce est signalée comme frugivore par Goodwin et Greenhall
( 1 96 1 ) , Starret et Torre ( 1 964) , Arata et al. ( 1 967) et Fleming et al. ( 1 972) .
Chiroderma trinitatum (Goodwin , 1 958) - Des graines de Ficus furent
identifiées dans les fèces de cette espèce , présumée frugivore par Goodwin
et Greenhall ( 1 96 1 ) .
Ectophylla macconelli (Thomas , 190 1 ) - Sur nos huit individus , les 5
spécimens de forêt secondaire avaient mangé des fruits de Ficus cruciaefo­
lia et les 3 de forêt primaire n'avaient rien consomm é . Nous .a vons pu
observer à plusieurs reprises ces chauves-souris en train de cueillir ces fruits
pour aller les manger ailleurs . Rien n'était connu auparavant du régime ali­
mentaire de cet animal .
A rtibeus cinereus (Gervais , 1 855)
Cinq individus furent capturés,
dont un seulement avait mangé des fruits de Vismia cayennensis, 2 autres
des végétaux non identifiables et un autre était à j eun .
Goodwin et Greenhall ( 1 96 1 ) , Arata et al. ( 1 967) et Piccinini ( 1 97 1 )
ont déj à signalé l a consommation de fruits par cette espèce , mais égale­
ment celle d'insectes ( Arata et al. , 1 967) .
A rtibeus concolor (Peters , 1 865) - Des cinq individus capturés , 3 pré­
sentaient des graines de Vismia guianensis dans leurs excréments .
-
C'est la première observation sur le régime de cette espèce .
A rtibeus jamaicensis (Leach , 1 82 1 ) - Le matériel végétal ingéré par les
quatres individus capturés e n forêt n'a pu être identifi é . Les semences et la
pulpe de 12 plantes furent reconnues dans les contenus stomacaux et les
fèces des 36 exemplaires de forêt secondaire . Cecropia concolor était
l 'espèce la plus consommée ( 1 6 ind . ) .
L a littérature sur les habitudes alimentaires de A . jamaicensis est très
importante depuis Osburn qui a noté en 1 865 la consommation de fruits de
Brosimum à la Jamaïque . Gardner ( 1 977) cite 90 espèces, végétales interve­
nant dans son régime ; nous en aj outons 8 : Vismia guianensis, Ficus
maxima, F. citrifolia, Cecropia concolor, C. pa/mata, Piper aduncum, Saco­
glottis guianensis et Poraqueiba sericea. Il est intéressant de remarquer à
l ' inverse , que les fruits de Brosim um, de Solanum et d' Ach ras sapota n'ont
pas été notés dans le régime de cette espèce à Manaus , bien qu'ils 'soient
mangés par plusieurs autres chauves-souris et qu'ils aient été signalés
comme faisant partie de l�ur régime au Mexique (Vasquez-Yanes et al. ,
( 1 975) et au B résil dans l'Etat du Para (Jimbo et Schwassmann , 1 967) .
- 1 51 -
Starret et La Torre ( 1 964) , Howe l l et B urch ( 1 974) et Flem ing et al.
( 1 972) signalent aussi , en Amérique central e , l a consommation d ' insecte s .
Enfi n . rappelons l e transport d e pol len ( Picci n i n i , 1 97 1 ; Howell et B urch ,
1 974 ; Heithaus et al. , 1 975) j amais observé e n A m azonie centrale .
A rtibeus lituratus (Olfers , 1 8 1 8) - Soixante quatre individus ont été
capturé s , dont 1 5 en forêt (un avec des semences de Psidium guianensis, 2
avec du matériel végétal non identifié et 1 3 à j eu n ) pour 49 e n formations
secondaires (34 avec des restes de fruits . 5 avec des débris végétaux non
identifiables et 10 à j eun ) . Des semences de Cecropia pa/mata fure nt obser­
vées chez 15 individus .
Le régi me de A . lituratus est bien con n u tant au B résil ( Rusch i , 1 953 ;
Taddei , 1 973) que dans d' autres pays ( Dalquest , 1 953 ; Goodwin et Green­
hal l , 1 96 1 ; Tamsitt et Valdivieso , 1 965 ; Vill a - R , 1 967 ; Mc Nab , 1 969 ;
Howell et Burch , 1 974) . Starret et La Torre ( 1 964) . Arata et al. ( 1 967) ,
Flemming et al. , ( 1 972) signalent également la consommation d'insecte s .
Selon Heith aus e t al. ( 1 975) cette chauve-souris transporterait aussi du pol­
len
A metrida centurio (Gray , 1 847) - Parmi les six individus capturé s . 4
étaient à j eun . les excréments des 2 autres contenaient des graines de Piper
aduncum . Le régi me de cette espèce était j usqu'alors complètement
incon n u .
1 . 4 SOUS-FA M I L LE D E S P H Y L LOSTO M I N A E
D e s onze espèces d e la famille d e s Phyllostominae présentes d a n s l a
région de Man aus , 6 mangent des fruits et d ' autres éléments végétaux , 3
autres espèces qualifiées d'omn ivores dans la littérature n 'y consomment
que des insectes . et les 2 dernières paraisse nt uniquement insectivores .
Micronycteris megalotis (Gray . 1 842) Tre ize animaux sur 1 4 , tous
capturés en forê t , avaient mangé les fruits d'un Ficus sp . , et le dernier seu­
lement des insectes .
Ruschi ( 1 953 ) , Goodwi n et Gree nhall ( 1 96 1 ) , Howe l l et Burch ( 1 974)
signalent la consommation de fruits ; Valdivieso et Tamsitt ( 1 962) celle de
pollen .
Micronyteris nicefori (Sanborn , 1 949) - Les excréments de l ' unique ani­
mal capturé contenaient des débris de pulpe de fruits non identifiables.
Une seule référence (Goodwi n et Green hall , 1 96 1 ) cite la consommation de fruits et peut-être d'i nsectes .
Tonatia sylvicola (d'Orbign y . 1 834) - U n seul exemplaire sur 5 prése n ­
tait du m atériel végétal n o n identifiable d a n s s o n tube d igestif, les autres
avaient mangé des Coléoptères, de petits vertébrés ou étaient à j eun .
Flemming et al. ( 1 972) ne signalent que des insectes dans les contenus
stomacaux de cette chauve-souri s , et Howel l e t B urch ( 1 974) du pollen et
des fruits .
Plyllostomus disco/or (Wagne r , 1 843 ) La maj o rité des individus cap­
turés ( 1 7) avait consommé uniquement des insecte s , 3 des fruits de Sola­
nu rn salviiaefolium , 5 des insectes et 4 espèces de fruits dont 3 avec les grai­
nes.
Selon la bibliographie cette chauve-souris est omnivore , et consomme
des insecte s , des fruits , du polle n , du n ectar e t des fleurs ( Carvalho , 1 960 et
-
·
-
-
1 52
-
TABLEAU
Il
Les fruits consommés par les Chéiroptères capturés, selon
le lieu de capture.
N o rrb re
d ' i n d i v i du s
Chéi roptëres
�
�
�
"'
m
c
-
v é ÇJ é ta 1 es
E s pè c e s
0
�
m
u
u
o.
�
�
"'
o.
m
'i
�
�
g
�
�
"'
"'
m
u
F
c
F
.3
E
0
�
�
�
.3
D
0
.�
�
il:
"'
"'
�
'" D
m
'" m c
�
�
c
c
� L
"
c �
� V>
"
+'
V>
!
,.,
·�
i
ti
F
c
c
F
�
�
c
F
c
L
::
c
i
�
!
F
�
�
�
�
u
F
c
c F
�
""
c
-�
c
m
""
� �
c
F
�
+'
'"
E
""
""
F
c
F
c
�
0
'"
E
�
'"
€
F
"'
c
F
c
"'
c
& �
"'
F
Annonaceae
c
F
.3
2
C o u ma u t i 1 i s ( Ma r t . ) M . Jl.. rg .
pa paya l .
'
2
�
m
""
c
0
u
"'
�
�
'"
u
' '"
c
0
�
'"
""
+'
Term i n a l i a c a ta ppa L .
C1 u s i a s p .
To vom i ta s p .
V i sm i a cayennens i s ( Jacq . ) Pers .
V . d u c k e i Ma gu i re
v.
v.
v.
4
12
0
w
1
24 72
2
g l abra R . e t P .
g u i a ne n s i s oc .
sp.
1
2
3
3
2
2
4
4
2
1
2
2
Hu m i r i a c e a e
1
3
1
1
6
1
t·1o n i m i acea e
1
S i pa ruma s p .
Mora c e a e
B r e s i mum s p .
1
Cecro p i a c o n c o l o r H i l l d .
2
c . pa l ma ta W i l l d .
4
c . d i s ta chya H u b e r
10
1
1
1
1
F i c u s c i trifol i a Mi l l er
F . i n s i p i da W i l l d .
2
F . ma x i ma Mi 1 1 e r
F. sp.
3
5
F . c 1 u s i a e fo l i a Sc h o ff
3
1
2
2
E . ma l a c c en s i s l a m .
Myrc i a pa i v a e Berg .
1
P . g u i n e e n s e Sw .
1
u
P s i d i um g aya v a L .
P i peraceae
P i p e r aduncum L .
Au b l
.
P . cy r t o po d on ( M i q . ) oc .
P . a rboreum
P . h o s tma n n i a n u m ( M i q .
P . t u b e r c u 1 a tum J a c q .
) DC .
P. sp.
1
2
1
s . ru g o sum Dun .
s . s a l v i i a efol i um D u n .
s . sp.
s. sp.
1
1
5
1
7
1
4
1
1
2
5
1
1
4
1
1
'
1
6
1
1
1
i2
62
2
1
1
1
5
1
3
27
34
2
d ' i n d i v i du s c a p t u r é s
318 17
72
3
1
1
1
5
1
3
27
34
2
=
Forêt
=
C u l t u r e s et forma t i o n s s e c o n d a i re s
1
1
1
1
1
12
1
10
1
1
1
13
13
1
22
22
5
5
3
2
13
2
1
2
2
4
3
1
13
1
1
1
1
13
1
1
2
4
1
1
1
4
4
1
11
1
3
1
22
1
1
4
1 27 1 59
4
2
4
9
9
7
7
2
1
1
1
1
1
4
13
14
3
3
1
!
1
2
4
1
2
1
1
1
6
1
1
4
4
1
1
4
7
1
1
1
1
1
16
22
4
4
1
2
1
2
3
4
1
20
2
1
2
214 1 1
15
2
2
1
Nb . de c h a u v e s - s ou r i s e n fo rma t i on s e co!!_
d a i re
C
1
1
1
2
2
F
1
1
1
Nb . t o t a l
1
2
2
1
28
1 04
3
1
10
N b . d e c h a u v e s - s ou r i s ca p t u r é e s en forêt
3
1
1
7
6
Nb . d ' e s p ë c e s végéta l e s c o n sommées
2
1
1
Ri ch .
7
1
1
13
1
1
1
A c h ra s s a p o t a L .
j u r i peba
7
3
1
1
s . pa n i c u l a t um L .
2
1
sp.
8
6
2
1
S a p o ta c e a e
s . g r a n d i f l o rum L u i z e t P a v .
6
1
2
36
R u b i a c eae
S o l a n u m c a a v u ra n a V e l l .
i
2
1
6
1
4
14
14
19
1
8 3 1 08
5
1
1
1
5
5
2
Sol a naceae
19
1
25
1
7
4
<
3
1
3
1
14
1
28 86 2
4
2
2
9
7
4
1
i
Mu s a s p .
Eug e n i a j a mb o l a n a L a m .
1
' 15
1
Musaceae
Myrtac e a e
z
1
1
F . sp.
13
i
1 2
1
F. sp.
s.
1
1
1
1
2
Byrson i ma s p .
1
1
Poraqu e i b a s e r i cea T u l .
Ma 1 p i g h i a c eae
C of fea
1
5
S a c og l o tt i s g u i a n e n s i s B e n t h .
I c a c i nacea e
1
2
1
4 1 1
�
�
�
1
1
3
4
c
w
c
1
13
§
.e
�
0
�
Comb r e t a c e a e
Gu t t i ferea e
+'
'"
�
1
Ca r i c a c e a e
e
i
1
R o l l i n i a mu c o s a ( J a c q . ) Ba i l l .
Apocyn a c e a e
Ca ri ca
�
il
&
F
il:
m
c a ç t u rê s
�
.5
�
�0 .; �
0
� �
f
�
�
0
";;;
�
� �
-�.s �g
·�
g
c
m
""
�
�
"
+'
"
+'
�
+'
§
�
0
1i %
�
"
""
�
+'
0
0
�
"
+'
c
�
"
""
F
�
"
+'
�
�
"
+'
c
'"
u
m
+'
�
+'
F
�
�
0
0
u
0
0
u
�
"
"'
D
"
"'
�
'"
c
u
�
"
'"
D
11
0
�
o.
�
�
§
�
�
�
"'
c
�
�
�
'"
u
2
2
1
1 38
373
511
1 96 1 ; Goodwin et Greenhal l , 1 96 1 ; Tamsitt et Valdivieso , 1 96 1 ; Villa- R ,
1 967 ; Arata e t al. , 1 967 ; Mc Nab , 1 969 ; Fleming e t al. , 1 972 ; Power e t
Tamsitt , 1 973 ; Taddei , 1 973 ; Heithaus e t al. , 1 974 et 1 975 ; Howel l et
Burch , 1 974) .
Phyllostom us hastatus (Pallas , 1 767) - La présence de végétaux a été
constatée chez 1 5 i n dividus , soit des parties florales ( Parkia auriculata et P.
pendula , Ochroma lagopus) , soit des fruits et des semences ( Cecropia
conca/or et C. distachya) .
Le régime omnivore ( in sectes , petits vertébrés, fleurs et fruits) de cette
espèce est bien con nu ; nous ne citerons que les auteurs les plus récents :
B loedel ( 1 95 5 ) , Ruschi ( 1 953) , Torre ( 1 96 1 ) , Goodwin et Greenhall ( 1 96 1 ) ,
Carvalho ( 1 96 1 ) , Starret et Torre ( 1 964) , Williams et al. ( 1 966) , Ducke
( 1 967) , Arata et al. ( 1 967) , Tuttle ( 1 970) , Fleming et al. ( 1 972) , Taddei
( 1 973) et Howel l et Burch ( 1 974) .
Phyllostom us elongatus ( Geoffroy, 1 8 10) - Sur les 20 exemplaires cap­
turés et les 1 3 ayant mangé , un seul avait des restes de pulpe de Rollinia
mucosa dans son estomac , tous les autres avaient capturé des insectes. Rien
n ' était con n u précédemment du régime alimentaire de cet animal .
Les espèces suivantes données comme partiellement frugivores n 'ont
pas été observées consommant des fruits dans la région de Manaus .
Tonnatia bidens (Spix , 1 823) - Cinq i ndividus ne conte n aient que des
restes d'insectes et les 2 autres avaient l 'estomac vide . Ruschi ( 1 953)
signale cette espèce comm e i nsectivore et frugivore , Goodwin et Greenhall
( 1 96 1 ) seulement comme frugivore .
Trachops cirrhosus ( Spix , 1 823) - Seul Ruschi ( 1 953) signale les fruits
dans l ' alimentation de cette espèce , essentiellement consommatrice d'insec­
tes et de petits vertébré s , comme on a pu l 'observer dans l a région de
Manaus où sur 7 i ndividus , 3 avaient l 'estomac vide , 2 des restes de
Coléoptères et D i ptères dans le tube digestif, et un de la viande et des plu­
mes .
Vampyrum spectrum (Linné , 1 758) - L'unique exemplaire capturé
avait l 'estomac plein de fragments d'insectes , mais certains auteurs ont
constaté l a conso m m ation de fruits ( Goodwin et Greenhal l , 1 96 1 ; Brosse t ,
1 966 ; Ducke , 1 967) .
1 . 5 S O U S - FA M I LL E D E S G LO S S O P H A G I N A E
D e s cinq espèces présentes et capturées dans la région , une seule a été
t rouvée avec des graines dans l 'estomac et une autre avec des restes végé­
taux non identifi ables ; une troisième espèce serait e n partie frugivore et les
deux dernières enfi n paraissen t ne pas consommer de fruits .
L onchophylla thomasi (J . A . Allen , 1 904) - Sur les sept captures , un
seul animal sur les cin q ayant mangé avait des graines de Vismia sp. dans
l 'estomac, avec des fragments de Coléoptères et des parties vertes de végé­
taux ; deux autres contenaient du polle n , un des parties florales d'Eugenia
jambolana et le dern i e r des fragments de Coléoptères. Ces observations
sont les premières sur l e régime de cette espèce .
Glossophaga soricina (Pallas , 1 766) - Des cinq spéci mens examinés , 4
présentaient des d ébris végétaux i ndéterminables dans l 'estomac . Mc Nab
( 1 969) considère ce Glossophaga comme nectarivore , Tamsitt et Valdivieso
-
1 53
-
( 1 965 ) comme frugivore et Piccinini ( 1 97 1 ) le donne comme s'alimentant de
nectar et polle n . En fait . il est vraisemblable que cette espèce a un régime
très varié - insectes , fruits , pollen , nectar et parties florales - et qu'elle
intervient dans la dispersion des petites grai nes ( Ruschi . 1 953 ; Carvalho .
1 960 ; Alvarez et Gonzales . 1 970 ; Fl eming et al. , 1 972 ; Howe ll et Burch .
1 974 ; Arata et al . . 1 967) .
Choeroniscus minor (Peters . 1 868) Les deux seuls exemplaires captu­
rés avaient l 'estomac vide . Cette espèce pourrait ê tre frugivore d ' après
Walker ( 1 964) . mais en fait rien n 'est con nu sur son alime ntation .
-
2 . LES PLA NTES DONT LES FR UI TS S O N T CONSOMM É S PA R
LES CH É IR OPTÈ RES
L'examen des contenus stomacaux et des fèces de 536 chauves-souris
apparte nant à 1 8 espèces a fourni les restes de 48 espèces végétales diffé­
re ntes réparties en 22 ge nres et 1 6 familles (Ta b . I I ) .
Quelques espèces à grosses graines n 'ont été ide ntifiées q u ' à part i r de
leur pulpe et confirmées par des observations directe s .
Curieusement beaucoup d e fruits . notés ailleu rs c o m m e m angés p a r les
chauves-souris et existant dans la région . ne font pas partie de leur ré gime
à Manaus .
Les gen res les mieux représe ntés sont Solanum ( 8 s p . ) . Ficus ( 7 s p . ) .
Vismia ( 5 sp . ) . Cecropia ( 3 sp. ) . Eugenia ( 2 sp . ) ct Psidium ( 2 s p . ) ; tous
les autres ne le sont que par une seule espèce . Treize plantes n 'ont été
identifiées qu'au niveau du ge nre .
Onze espèces sont des arbres cultivés (Tab . I I I ) . dont 2 peuvent se
trouve r naturellement dans la végétation secondaire . C'est celle-ci qui fou r­
nit l a maj orité des espèces consommées , soit 3 6 , dont 2 peuvent quelque­
fois être cultivées et 7 qui appartiennent aussi à la forêt p ri maire ; deux
espèces sont essentiellement forestières (Sacoglottis guianensis ct Rros i­
mum sp . ) bien qu 'elles puissent persister e n végétation secondaire . Cecro­
pia distachya ct Vismia duckei ne se trouvent pas dans les j achère s . mais
dans les trouées naturelles de la forêt . chabl i s . clairières . lisières . . .
Les espèces des genres Vismia, Piper ct Solanum sont de p etits arbus­
tes ligneux ou sous-ligneux des premiers stades de la reconstitution c t des
bords de route , à l'exception de Vismia duckei. E l le vivent toutes e n p e u ­
plements denses , souvent mélangées . L e s autres espèces de taille su p é­
rieure , Cecropia. Psidium et Poraqueiha, atteign ant ou dé p assant 5-6
mètre s , sont également grégaires.
Les espèces forestières sont de grands arbre s . Rrosim um ct Sacoglottis
en particulier, qui participent à la voûte de la forêt bien q ue . comme nous
l ' avons dit . elles puissent subsiste r dans les défrichements .
3 . LES FR UITS ENTRA NT DA NS LE R É GIME D ES CHA UVES-SO U­
RIS
Les fruits ont été classés en 3 classes de taille ct nous avons regroupé
les espèces d'un même ge nre prése ntant des fru its de d i m e n sion com p ara­
ble (Tab . I V ) . Une référence spéciale est faite p our les fru its e n é p is com­
pacts et charnus des gen res Piper et Cecropia .
- 1 54 -
T ABLEAU
III
Habitats et hauteurs moyennes des plantes dont les fruits sont consommés
par les Chéiroptères.
C
=
zones cultivées
;
Fl
=
forêt primaire ; F2
Hab i tat
cu l t .
forêt secondaire
H a u t e u r moye n n e
Fl
F2
=
2-3
3 -4
6-1 0
( rn )
1 0 -20
21'-30
ANNONACEAE
R o l l i n i a mu c o s a
+
+
A P O C Y NA C E A E
+
Couma u t i l i s
+
C A R I CACEAE
Ca r i c a pa paya
+
+
+
COMBRETACEAE
T e rm i n a l i a c a t a p pa
+
GUTT I F E R E A E
+
Cl u s i a s p . *
+
+
+
+
+
+
+
Tovom i ta s p .
+
+
+
+
V . g u i anens i s
+
+
V.
+
+
V i sm i a caye n e n s i s
+
V . ducke i
V . g l a b ra
sp.
H UM I R I AC E A E
+
Saco g l o tt i s g u i a n e n s i s
+
I CAC I NACEAE
Poraqu e i ba s e r i cea
+
.
+
+
+
+
MAL P I GH I A C EAE
Byrson i ma s p .
MON I M I AC EAE
+
S i pa ruma s p .
+
MO RAC EA E
+
B ro s i mum s p .
C.
d i s t a c hya
C.
pa l ma ta
+
+
C e c ro p i a c o n c o l o r
+
+
+
+
+
F i c u s c i t r i fo l i a *
+
+
+
+
+
+
+
F . c l ù s i a e fo l i a *
+
+
+
+
+
+
+
F.
+
+
+
+
+
+
s p . **
+
+
F . sp. **
+
i n s i p i da
F . ma x i ma
F.
F.
SD.
**
1
+
1
+
+
Il
TAB LEAU
III (su ite)
MUSAC E A E
Musa s p .
+
+
M Y RTACEAE
Eug e n i a j a mb o l a n a
+
E . ma l a c c e n s i s
+
+
+
+
Myrc i a pa i va e
Ps i d i um g u aya v a
+
P . g u i anen s i s
+
+
+
+
+
+
PIPERACEAE
P i p e r adu ncum
+
+
P . a rb o reum
+
+
P.
cyrto p o d o n
+
+
P . h o s tma n n i a n u m
+
+
P . t u b e rc u l a tum
+
+
P.
+
+
sp.
RUBIACEAE
Coffea s p .
+
+
SAPOTACEAE
Ac h ra s s a pota
+
+
SOLANACEAE
+
+
+
+
j u ri peba
+
+
pa n i c u l a t u m
+
+
ru g o s u m
+
+
+
+
S o l a nu m c a a v u ra n a
s.
s.
s.
s.
s.
grand i fl orum
s a l v i i a e fo l i u m
S. sp.
+
+
S. sp.
+
+
*
r t ra n g l e u r s
**
Ha u t e u r s n o n c o n n u e s
Hormis la succulence des fruits , on ne peut déceler de caractères de
couleur, de forme . de dimension ou d'odeur constants . Par contre nous
confirmons que les fruits mangés par les chauves-souris ne sont pas dispo­
sés n ' importe com ment , mais son t , soit attachés sur les branches ou les
rameaux et séparés des feuilles , soit situés sur des axes terminaux ou axil­
laires dépassant toujours le fe uillage (Fig. 2 à 5 ) . Ces deux dispositions fo n­
damentales doivent faciliter les possiblil ités d ' accès à des animaux qui ne sc
pose nt pas toujours pour manger ; elles re ndent aussi les fru its plus faci les
à identifier par la vue ou l 'écholocation ( Morrison . 1 978) .
4 . COMMENT MA NGENT LES CHA UVES-SO URIS
C'est un iquement la pulpe des fruits qui est consommée par les chau­
ves-souri s , qui avalent les petites grai n e s , ou les laissent tomber si elles sont
- 1 56 -
F I G U R E 2 : D i sposition sur l e s rameaux de quelques fruits et i n frutescences consom­
mées par les c h auves-souris : ( 1 ) Vismia guianensis ; (2) Byrson ima sp . ; (3) Piper
aduncum ; ( 4 ) Cecropia concolor ; ( 5 ) Ficus sp . ; (6) Sacoglottis guianensis.
-
157
-
FIGURE 3 : Les espèces du genre Solanum illustrent les types de disposition requis
pour que les fruits soient accessibles aux chauves-sC'uris : ( 1 ) Solanum rugosum ;
(2) S. caavurana ; (3) S. paniculatum ; (4) S. jur1.peba ; ( 5 ) S. grandiflorum .
-
158
-
F I G U R E 4 : D i sposition générale de quelques fruits ct infrutescen ces mangés p a r les
Carica papaya : ( 3 ) Cecropia concolor :
chauves-souris : ( 1 ) Solanum rugosum: (2)
( 4 ) Musa s p . : ( 5 ) Terminalia catappa (6)
:
Piper aduncum : (7) Solanum grandi-
jlorum
;
(8) Vismia guianensis.
1 59
-
TA B L E A U I V
Nombres e t dimensions des graines des fruits consommés.
Nombre d e g ra i n e s
pa r f ru i t s
Fruits
�ti ts
<
Cou ma e d u l i s
1
2 cm
Peu n o m
b re u s es
Tres nom
breu s e s
T ! i f l e d e s g ra i n e s
<:?
+
+
S i paruma s p .
+
tpi s .
C e c ro p i a d i v . e s p .
E n tre 2mm3
et 1 0 0mm3
<1 0 0
+
1 5-20
V i sm i a d i v . e s p .
Byrso n i ma s p .
mm3
+
+
+
F i cu s d i v . esp .
+
+
+
+
Myrc i a pa i v a e
Coffea s p .
E u g e n i a j ambo l a n a
tpi s .
P i pe r d i v . e s p .
Sol anum d i v . e s p .
F ru i t s
mo,Y.ens
2
à 8 cm
2
+
1 -4
+
+
+
+
+
+
+
Sacog l ott i s g u i a n en s i s
+
+
P o ra q u e i ba s e r i c e a
+
T e rm i n a l i a c a ta p pa
Clusia sp.
Tovom i ta s p .
+
B r o s i mu m s p .
Ac h ra s s a p o ta
grande
ta i l l e
Ro l l i n i a mu c o s a
Mu sa s p .
+
+
+
+
+
+
1 -4
So l a n um g r a n d i f l o rum
C a r i c a pa paya
+
+
E u g e n i a ma l a c c e n s i s
P s i d i um d i v . e s p .
Fru i t s de
+
>
8 cm
+
+
+
+
�a s d e
g
r;r i n e s .
trop vol umineuses . Les fruits de grande taille sont m angés par morceaux o u
sucés sans être détachés de leur support .
Les fru i t s les moins lourds sont souven t transportés pour être consom­
més e n des en droits privilégiés (grands arbre s , bananiers , maisons aban­
données) , quelq uefois fréquentés par plusie urs espèces . I l est possible q u e
c c comportement constitue u n e protection contre d'éventuels prédateurs
( Morrison , 1 975 ) . D ' après cet auteur de tels perchoirs u t i l isés par A rtibeus
jamaicensis peuvent être situés j usq u ' à 400 rn des arbres en fru i t s . à
Pan a m a .
- 1 60 -
mm'
Carrolia perspicillata fut plusieurs fois capturé en vol avec des fruits de
Piper. Vismia ou Solanum dans la bouche . Le petit Micronycteris fut
observé cherchant des fruits mûrs qu'il transportait ensuite pour les man­
ge r . Les grandes chauves-souris peuve nt transporter des fruits à d' assez
grandes distances : A rtibeus lituratus. qui pèse de 20 à 60 g. a été observé
en ·vol avec des fruits de Sacoglottis guianensis qu'il abandonnait à 1 00 rn de
l ' a rbre où il les avait prélevés .
Dans certains cas . les chauves-souris peuvent semble-t-il consommer
des fruits tombés à terre ; c'est du moins ce que suggère le contenu stoma­
cal d'un i n dividu d ' Uroderma bilobatum qui contenait des graines de Sola­
n u rn grandiflorum , des brindi lles végétales et des grai n s de sable .
5 . O Ù S 'A L IMENTENT L ES CHA UVES-SO URIS FR UGIVOR ES
Parmi les espèces de Chéiroptères dont le régime frugivore est certain
dans l a région de Manaus , 2 n 'ont été capturés qu'en végétation secondaire
( Uroderma magnirostrum et Vampyrops helleri) , 2 autres exclusivement en
forêt ( Ch iroderma trinitatum et Micronycteris megalotis) , en faible nombre il
est vrai ( 2 , 3 , 1 et 1 4 exemplaires) , et tous n ' avaient pas mangé (Tab . 1 1 ) .
Treize Micronycteris megalotis avaient consommé d e s fruits d e Ficus vrai­
semblablement forestiers .
O n peut d1re que la m aj orité des individus capturés avaient mangé des
fruits de formations ouvertes , même si l 'on admet que les diverses espèces de
Ficus et le Clusia sont forestiers , comme le sont To vomita sp . . Sacoglottis
guianensis, Brosimum sp. , Cecropia distachya, Myrcia paivae et Vismia
duckei. Toutes ces plantes n 'ont attiré que 70 individus sur un total de 495
capture s .
Seize individus se s o n t nourris s u r d e s arbres cultivés et 1 4 s u r des arbres
qui poussent aussi à l 'état spontané ( Poraqueiba sericea et Psidium guianen­
sis) . C'est dire l ' i m portance des fruits présents dans la végétation secondaire
e t les cultures dans l ' alimentation des Chéiroptères ; une bonne part des ani­
maux capturés e n forêt s'en nourrisent également.
6 . LE RÉGIME D ES CHA UVES-SO URIS
Quatre espèces de Chéi roptères consomment plus de 1 0 espèces de
fruits différentes (Ta b . Il) . à savoir : Caro/lia perspicillata, 28 : Sturnium
!ilium , 1 5 : A rtibeus jamaicensis, 1 2 et A rtibeus lituratus. 1 0 . Mais ce sont
aussi les espèces qui furent l e plus souvent capturées (respectivement 3 1 8 .
72, 2 7 e t 3 4 individus) e t i l est impossible d e dire si l e s autres chauves-souris
ont des régimes plus sélectifs , étant donné le petit nombre de leurs capture s .
Six espèce s , c'est-à-dire le tiers de n o s Chéiroptères frugivores . n e sont . e n
effe t , représentés dans notre collection q u e p a r un s e u l animal et les débris
végétaux conte nus dans leurs estomacs n 'étaient pas toujours identifiable s .
L e c a s de Micronycteris megalotis e s t intrigant . pnisque n o s 1 3 in dividus
avaie n t tous mangé des fruits d'une seule espèce de Ficus .
I l est difficile d 'évaluer l ' i mportance des fruits dans le régime des espè­
ces omn ivores ( Phyllostom inae et Glossophagi nae ) . Sur les 97 individus des
5 espèces man ifestement omnivore s , 3 1 n ' avaient rien mangé récemment .
30 avaient con sommé uniquement des insectes , 9 du poll e n . 26 des fru its et
un seul ( Lonchophylla thomasi) fut trouvé avec des graines de Vismia . des
restes non identifiables de végétaux et des fragments de Coléoptère s . Ceci
-
1 61
-
pourrait signifier qu'un animal omnivore utilise l a nourriture qui se présente ,
animale ou végétale , j usqu'à satiété . Aj outons que les quatres i ndividus de
Phyllostomus disco/or qui avaient mangé des fruits avaient consommé 4
espèces différentes .
Tout semble indiquer qu'une chauve-souris s ' alimente à une seule
source de nourriture et durant une période assez b rève . Les observations fai·
tes sur l 'espèce la plus importante par le nombre d ' individus capturé s . Carol­
lia perspirtllata , peuvent illuster ce comportement . Les collectes réalisées
durant une n uit entière montrent, e n effe t , qu' après l a grande sortie du
début de la n uit . vers 19 heures, des sorties moins fréquentes se succèdent
périodiquement avec un regain d'activité à 4 heures du mati n , avant de ces­
ser au lever du j our.
Chez les frugivores stricts comme les Phyllostom i n ae , le temps de pas­
sage des aliments à travers le tube digestif ne serait que d'environ 30 m i n utes
(Yalden et Morris , 1 975) . Cependant nos treize in dividus de Micronycteris
megalotis furent capturés plusieurs heures après leur repas nocturne de fruits
de Ficus, ce qui montre que la digestion peut certai nement aussi durer plus
longtemps .
En supposant que des animaux d'un poids équivalent entrent e n compé­
tition pour l a nourriture , nous avons classé les 18 espèces reconnues comme
frugivores dans la région de Manaus e n 6 catégories de poids (Tab . V et Fig .
5 ) . Nous sommes bien conscients qu'étant donné l e s faibles effectifs de cap­
ture de la maj orité des espèces, il est difficile . voir téméraire , de discute r de
leurs interrelation s . I l est possible néanmoins de faire les remarques suivan­
tes .
Dans l a catégorie de 5 à 9 g , les deux espèces mangent des figues mais
l'une ( Ectophylla macconelli) est exclusivement frugivore et semble fréquen­
ter surtout les milieux secondaires ( 7 captures sur un total de 8) alors que
l ' autre ( Micronycteris megalotis) est omn ivore et n'a été capturée qu'en forêt
( 14 captures) .
Entre 1 0 et 1 4 g . seule Rhinophylla pumilio , frugivore stricte , est bien
représentée .
Caro/lia perspicillata et Sturnira !ilium, capturés en nombre ( récipro­
quement 48 1 et 86 i ndividus) . sont toutes les deux frugivores et pèsent , en
moyenne , 1 7 g . Des trente-q uatre espèces de fruits consommés par les 390
individus des 2 espèces ayant mangé , 10 l 'ont été par des i n dividus des 2
espèces. Celles-ci montrent une préférence pour les form ations secondaires ,
mais la légère différence entre leurs heures d ' activité peut faciliter aussi leur
coexistence .
A rtibeus jamaicensis partage avec Phyllostomus disco/or la classe des
frugivores de 25 à 39 g ; la troisième espèce , Chiroderma trinitatum, n'a été
capturée qu'en un seul exemplaire qui avait dû s'alimenter sur un Ficus de
forêt . A rtibeus jamaicensis est exclusivement frugivore , mais Phyllostomus
disco/or consomme aussi des insectes et . d ' après Carvalho ( 1 96 1 ) , du nectar
et du pol len . Phyllostomus elongatus qui pourrait en trer directement en
compétition avec elle est d'un poids supérieur.
Des deux plus grosses espèce s , pesant e ntre 60 et 80 g, l 'une , A rtibeus
lituratus, est frugivore stricte et n'a été capturée le ventre plein qu'en végéta­
tion secondaire . alors que Phyllostomus hastatus a un régime très varié de
fleurs . d'insectes et de fruits d'une seule espèce de Cecropia .
- 1 62 -
TA B L E A U V
Les fruits consommés par les Chéiroptères selon leur catégorie pondérale.
Ca tég o r i e s de po i d s
4[
25-39
1 5-25
1 0- 1 4
5-9
V>
·�
�
...,
0
Qj �
C h a u ve s - s ou r i s
Fru i t s
c
0
u
u
"'
E
�
>,
�
c.
0
...,
w
u
"'
QJ
E
V>
'[
QJ
...,
u
>,
c
0
...
u
::E
�
0
.É
"'
c.
�
>,
"'
...,
"'
V>
·�
V>
"'
QJ
...
QJ
c
u
V>
"'
�
c. QJ
0 ..c
c
·�
...,
� ...
cr. c(
x
Cou ma edu l i s
0
·;::
"'
...,
c
QJ
u
"'
"0
...
...,
QJ
E
c(
x
1'1
0
�
...,
�
>,
...
QJ
Qj
�
�
V>
� c.
c. 0
0 ...
� >,
u c.
c
E
0 "'
-' >
�
x
;:::
u
c.
V>
...
QJ
c.
·�
"'
0
.E
"'
·�
�
·�
�
"'
...
...
"'
u
c
...
"'
...,
"'
x
x
·�
V i sm i a d i v . e s p .
x
x
Byr s o n i ma s p .
x
x
E
"'
...,
"'
..c
0
�
..c
"'
E
...
QJ
"0
0
...
:::>
E
"'
...
...,
V>
0
...
c
0>
"'
E
·�
1'1
...
QJ
"0
0
...
:::>
...
0
0
u
c
0
u
V>
"'
QJ
..c
...,
...
c(
E
"'
...,
"'
...,
c
'[
...,
1'1
...
QJ
"0
0
...
�
u
·�
V>
c
QJ
u
"'
E
"'
. ....,
·�
V>
"'
QJ
..c
...,
...
c(
·�
...
0
0
u
V>
"0
V>
"'
E
0
...,
V>
0
V>
"'
...,
"'
0>
c
0
Qj
V>
"'
E
0
...,
V>
0
>,
�
>,
�
�
�
"-
�
�
"-
V>
"'
...,
"'
...
"'
...,
·�
�
V>
"'
QJ
..c
...,
...
c(
V>
"'
...,
"'
...,
V>
"'
�
V>
"'
E
0
...,
V>
0
>,
�
�
"�
x
x
x
x
C e c ro p i a d i v . s p .
Ficus d i v . sp.
V>
x
x
S i pa ruma s p .
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Myrc i a p a i v a e
x
C o ffea s p .
Eugen i a j ambol a n a
x
P i per d i v . s p .
x
Sol a num d i v . s p .
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Termi n a l i a c a ta p pa
x
C l u s i a sp .
Tovom i ta s p .
x
Sacogl o t t i s g u i a n e n s i s
x
x
x
x
P o ra q u e i ba s e r i cea
x
B ro s i mum s p .
x
E u g e n i a ma l a c c e n s i s
x
x
Ps i d i um d i v . s p .
x
Achra s sa pota
x
S o l a n um g ra nd i f l o rum
x
x
x
x
Ro l l i n i a mu c o s a
x
x
C a r i ca pa paya
x
Musa s p .
Nomb re d ' i nd i v i du s c a p t u r ê s 5
*
*
6 0 - 79
-59
en gralllll e s
3
*
17 1
*
2
1
1
E s pèces pa rt i e l l eme n t fru g i vores .
-
1 63
-
318
*
72 3
*
1
3
1 27
*
4
1
34 7
*
Classes de
poids
5- 9 g
10- 14 g
Espèces
Ectophylla macconelli
Micronycteris megalotis *
Rhinophylla pumilio
Artibeus cinereus
Ametrida centurio
Lonchophylla thomasi *
Vampyrops helleri
15 - 2 5 g
Carollia perspicil lata
Sturnira lilium
15Z-IU
m-u•
ID D
OŒ
Uroderma bilobatum
Uroderma magnirostrum
Artibeus concolor
-
0\
�
Formations secondaires
Forêt
2 5 - 39 g
Chiroderma trinitatum
Artibeus jamaicensis
Phyllostomus discolor
40-59 g
60-79 g
*
Phyllostomus elongatus *
Z1-3
Artibeus lituratus
Phyllostomus hastatus *
chif fre
supér ieur :
chiffre
infér ieur :
total des
i nd i v id u �, c a v t ur é s
ind i v i d u s ayan t man g é s
FIGURE 5 : Total d e s captures p a r espèces classées p a r catégories d e poids , en fonction
du milieu et de l'état digestif. Le chiffre le plus élevé indique le total des individus
capturés, et le plus faible le nombre d'individus ayant m angé . Les espèces non exclusivement frugi vores sont marquées par une astérisque suivant le binôme lat i n .
7 . L 'A CTION D U TRA NSIT INTES TINA L S UR LA GERM/NA TION
D ES SEMENCES.
B i e n que de nombreux auteurs aient parlé du rôle des Chéiroptè res
d a n s la di spersion des grai n e s . personne ne semble avoir encore étudié
l ' action du transit intestinal sur la germination ultérieure de ce lles-ci .
Nnus avons comparé la germination de 5 lots de 50 graines prélevées
dans k� excréments de 5 espèces différe ntes de cha uves-souris ct celle de 5
lots des m ê m e s grai nes prove nant de fruits collectés sur les arbre s . Nous
avons déterminé pour chaque lot le pourcentage de germinatio n . ct la durée
moye n n e de cel les-ci en nombre de j ours .
Les résultats (Tab . VI ) sont assez discordants , peut-être à cause des
plantes ct animaux utilisés . Pour les quatre prem ières espèce s . il semble que
le transit intestinal favorise la germination , en particulier dans le cas de Ficus
c/usiaefo/ia . Il n ' e n est pas de même chez Cecropia pa/mata. Yalio ct Joly
( 1 979) . dans le sud du BrésiL n 'ont pas non plus . obse rvé d'effet favorable
sur les graines de Cecropia glazio vii.
TAB L EAU VI
Influence du transit in testinal sur la durée de germination
de quelques semen ces.
Graines ayant transité par
le tube digestif ( N 50)
=
Espèces 1 é gét a l e s
Pourcentage T e m p s moven
de germ ination
de
en J Ours
germ i n a t i o n
Espèces de
Chéiroptères
Graines issues de
fruits (N 50)
=
Pourcentage Temps moven
de
de germ i nation
germination
en jours
Vismia guian ensis
52
20
Srum ira !ilium
-lO
25
Piper adun cwn
:\2
13
Caro/lia persp icillara
2i\
36
Ficus clusiae(olia
2-l
Il
-l
1 -l
Ficus
cirrifàlia
5-l
il
Ecroph vlla macconelli
A rriheus jam aicensis
50
10
Cccrop ia pa/m a la
57
17
A rriheus liru rarus
6-l
19
CONCL USIONS
A u vu d e ces résultats , u n certain nombre de problèmes sur l a biologie
des Chéiro p tères frugivores ( e xclusifs ou non) de la région de Manaus peu­
vent être précisés :
- S u r ci n q uante-q uatre espèces de chauves-souris recensée s , 1 8 sont
effe ctive ment frugivores . Elles appartiennent aux 5 sous-familles de Phyllos­
tomidac : Carol linae , Sturnirinae . Stenodermin ae . Phyllostom i n ac et Gl os- 1 65 -
sophaginae . Les trois premières sont strictement frugivores , les 2 autres
omnivores. A ces espèces , il faut aj outer Carollia brevicauda (Carollinae) ,
dont les estomacs de certains individus contenaient des débris végétaux non
identifiables ne provenant certainement pas de fruits , et les espèces indi­
quées comme frugivores dans la littérature mais qui n 'ont pas été observées
consommant des fruits dans la région de Manaus . Ce sont Tonatia si/vico/a,
cirrhosus,
Vampyrum spectrum (Phyllostominae) et Chaeroniscus
Trachop_
s
Il . y aurait donc au total 26 espèces de Chéiroptères
minor
(Glossophaginae)
potentiellement frugivores en Amazonie centrale .
- La présence de fruits dans le régime est constatée pour la première
fois chez Uroderma magnirostrum, Ectophylla macconelli, A rtibeus conca­
lor, Ame trida centurio (Stenoderminae) , Phyllostomus elongatus (Phyllosto­
minae) et Lonchophylla thomasi (Glossophaginae ) .
- Les chauves-souris frugivores o u susceptibles d e l'être , exclusivement
ou en partie , semblent constituer les populations les plus nombreuses dans
l'ensemble du peuplement de notre région : 878 individus sur un total de
1 474 individus capturés, soit près des trois quarts (74 , 78 % ) . Ce résultat
concorde avec une étude comparable faite dans le Parc National d'Amazonie
(Reis et Schubart , 1979) . En fait , ces deux résultats sont la conséquence d'un
biais d'échantillonnage dû au piégeage différentiel . La méthode utilisée
n'offre pas la même chance de capture à l'ensemble de la faune de Chéirop­
tères de notre région . Seuls ceux volant à basse altitude peuvent être captu­
rés par les filets, qu'évitent , en partie , les chauves-souris insectivores et car­
nivores qui volent plus haut et sont dotées d'un système d'écholocation plus
efficace . Il suffit , pout s'en convaincre , de .voir les résultats de Handley
( 1 967) qui note la capture , au niveau de la canopée , d'espèces peu et mal
connues , en même temps que l'abondance d'individus du gen re A rtibeus et
la mauvaise représentation de Caro/lia perspicillata, espèce pourtant consi­
dérée comme ubiquiste .
- Les chauves-souris ne mangent pas n 'importe quels fruits. Il faut que
ceux-ci soient accessibles , disposés à l'extrémité des rameaux ou directement
sur les axes ( caulicarpie ou ramicarpie) et bien séparés du feuillage ; char­
nus , ils ne sont généralement pas colorés, plutôt même ternes . Ces fruits
appartiennent à des plantes elles-mêmes accessibles, petits sous-ligneux et
arbrisseaux des formations secondaires , arbres cultivés , de bords de route et
de clairières, grands arbres, étrangleurs et épiphytes participant à la voûte
forestière . O n n'a j amais noté la consommation de fruits appartenant à des
plantes vivant à l'intérieur de la forêt ; en fait , les chauves-souris capturées
se nourrissaient à l'extérieur ou à la périphérie de celle-ci (Fig . 6) .
!
1/ .r'\
("
, ·;.::; ::..
1
(
, 'u
f
'
... --:.. - - ,
;-..
1� J
/
i
.2-.
)--··.. ....�-)� \
'
;;, :" ";.•
·.
1
\
.\/1
FIGURE 6 : Les fruits consommés par les chauve-souris sont situés à la périphérie des
formations végétales : ( 1 ) forêt ; (2) clairière ; (3) lisière ; (4) culture ; (5) j achère .
- 1 66 -
- Les chauves-souris j ouent un double rôle dans la dissémi nation des
graines (chiroptérochorie de Van der Pij l , 1 957 et 1 972) , e n les transportant
sans les avaler ( synzoochori e ) pour les plus grosses , ou e n les avalant (e ndo­
zoochorie ) , ce qui peut quelquefois favoriser leur germin ation .
- La forte consommation de fruits , la petitesse des graines ingérées ,
leur nombre élevé par fruit , l e rej et en vol des excréments , l ' influence quel­
q uefois bénéfique du transit i ntestinal , l ' activité intense de déplacement des
animaux , l e nombre élevé de Chéiroptères frugivores , en espèces comme en
i n dividus , facilitent sans aucun doute la colonisation des terres abandonnées
et la distribution des plantes pionnières . Pour toutes ces raisons , les chauves­
souris j ouent u n rôle m aj e u r , peut-être même le rôle le plus important ,
parmi tous l e s oiseaux e t mammifères frugivores dont beaucoup détruisent
les graines (Charles-Dominique , 1 98 1 ) , dans la dissémination des graines et
la constitution du stock de semences du sol ( Prévost , 1981 et Fleming , 1 98 1 ) .
L e fait que l e s chauves-souris frugivores en quête d e nourriture fréquentent
intensément e t de préférence les formations secondaire s , riches en petits
fruits charnus disponibles presque toute l ' année , donne une importance
accrue à ce rôl e .
SUMMARY
Fifty eight species of b a t s were trapped with mist-nets in t h e Manaus
are a , Amazonas , B razil . E ighteen of them were found to be exclusively or
partly frugivorous . B ats belonging to subfamilies Carollinae , Sturnirinae and
Stenoderminae fed only on fruit . whereas Phyllostom inae and Glossophagi­
nae were omnivorou s . Sorne unidentified plant material (not fruit) was also
recovered from the stomachs of sorne Carollia brevicauda. On the other
hand , fou r specie s known to be frugivorous elsewhere i n tropical America
( Tonatia silvicola , Trachops cirrhosus, Vampyrum spectrum and Chaeronis­
cus minor ) were not found to eat fruit in our study area.
When these actual and potential fruit-eating bats are ali taken togethe r ,
they represent 74-78 % of the b a t community sampled betwee n 0 . 5 a n d 2 . 0
rn above ground (878 o u t o f 1 474 captured individuals) . I f b a t species living
and feeding mostly i n the canopy were to be taken into account , the percen­
tage of frugivorous bats would probably be diffe rent .
The frugivorous bats studied did not feed at random , but were highly
selective . The fruits eaten were picked up from emergent forest tree s , or
from understorey pl ants . Fruits from trees and shrubs of secondary forest
were frequently consumed , as weil as those of cultivated fruit trees. The
fruits selected by bats were fleshy, du li and grew away from the foliage (fla­
gellicarpy or caulicarpy) .
Seed dispersal by bats i s carried out either by transport of the fruit in the
mouth of the animal and subsequent dropping of the kernel , or by ingestion
of the fruit and subsequent defecation of the seeds . Endozoochory is shawn
to facilitate germination of sorne seeds . These data show that bats play an
i mportant (perhaps the most important) role i n seed dispersal during the
forest-regeneration cycle i n central Amazonia , particularly for pioneer spe­
cies .
- 1 67 -
BIBLIOGRAPHIE
A LVAREZ J. et GONZALES O. ( 1 970) . - Amilisis potinico del conte nido gâstrico de
murciél agos Glossophaginae de Mexico . A n . Escuela Nac. Cienc. Biol.
Mexico, I R : 1 37- 1 65 .
ARATA A . A . . VAUGHAN J . B . et THOMAS M . E . ( 1 967) . - Food habits of certain Co­
lombian bats. 1. Mamm . . 48 : 633-65 5 .
Bi.OEDEL P . ( 1 955) . - Observations o n the !ife hir wries o f Panama bats. 1 . Mamm . .
36 : 232-235
BRossET A. ( 1 966) . - La biologie de Chiroptères. Pari s . Masson et C" . 240 pp.
CARVALHO C . T . de ( 1 960 ) . - Das visitas de morcegos às flores (Mammal i a . Chiroptera ) .
Anais A cad. Bras il. Ciênc. , 32 : 359-377
CARVALHO C.T. de ( 1 96 1 ) . - Sobre os habi tos ali mentares de Phyllostomideos
(Mammalia , Chi roptera ) . Rev. Biol. Trop . , 9 : 53-60 .
CHARLES-DOM INIQUE P . , ATRAMENTOWICZ M . , C H A R L E S - D O M I N I Q U E M . G E R A R D H . .
H L A D I K A . , H L A D I K C . M . . et P RËVOST M . F . ( 1 98 1 ) . - Les m a m m i fères frugi­
vores arboricoles nocturnes d'une forêt guyanaise : interrel ations plantes­
animaux . Rev. Eco!. (Terre Vie) , 35 : 34 1 -435 .
DALQU EST W . W . ( 1 953) . - Mammals of the Mexican state of San Luis Potosi .
.
Louisiana State Univ. Studies. Biol. Sei. Ser. , 1 : 1 -229 .
DUCKE J . A . ( 1 967 ) . - Mammal dietary. B ioenvironmental and Radiological-Safety
Feasibility Studies. Atlantic-Pacifi e Interoceanic Canal . Batelle Memorial
Institute Colum bus . Ohio. Supplem . . 33 pp.
FLEMING T. H . ( 1 98 1 ) . - Fecundity , fruiting pattern and seed dispersal i n Piper amalago
(Piperaceae ) . a bat dispersed tropical shrub . Oecologia, 5 1 : 42-46 .
FLEMING T. H . . HooPER E.T. et WI LSON D . E . ( 1 972) . - Three Central Ame rican bat
com munities : structure . reproductive cycles. and movement patterns. Eco­
logy, 53 : 555-569 .
G A R D N E R A . L . ( 1 977) . - Feeding habits . p . 293-350 . In : Biology of bats of the New
World Family Phyllostomatidae. Part 1 . Baker, R . J . . Jones, J . K . , Carter. D .
( Editors) . Spec. Pub . Mus . Texas Tech nical Universi ty. 1 0 .
GooDWIN G . G . ( 1 946) . - Mammals o f Costa Rica . Bull. A m er. Mus. Nat. Hist. , 8 7 :
273-473 .
GooDWIN G . G . et GREENHALL A . M . ( 1 96 1 ) . - A review of the bats of Tri nidad and
Tobago . Bull. Amer. Mus. Nat. Hist. , 1 22 : 1 -30 1 .
GREENHALL G . G . ( 1 956) .
The food of sorne Tri ni dad fru it bats (A rtibeus and
-
Caro/lia ) . J. Agric. Soc. Trinidad Tobago. 869 : 1 -2 3 .
H A N D L E Y H C . O . J r ( 1 967 ) . - Bats o f t h e canopy o f a n A m azonian forest . A tlas Simp .
sobre Biota Amazônica, 5 ( Zoologia) : 2 1 1 -2 1 5 .
H E ITHAUS E . R . . 0PLER P . A . et B A K E R H . G . ( 1 974) . - Bat activity and polli nation of
Bauhinia pauletia : plant pollinator coevolution . Ecology, 55 : 4 1 2-4 1 9 .
H E ITHAUS E . R . , FLEMING T. H . et 0PLER P . A . ( 1 975 ) . - Foraging patterns and resource
util ization in seven species of bats in a seasonal tropical forest. Ecology,
56 : 84 1 -854.
HoWELL D . J . et B U RCH D . ( 1 974) . - Food habits of sorne Costa Rican bats . Rev.
Biol. Trop. , 21 : 28 1 -294 .
H U B E R J . ( 1 9 10 ) . - Mattas e madei ras amazônicas . Bol. Mus. Goeldi. 6 : 9 1 -225 .
JI MBO S . et ScHWASSMANN H . O . ( 1 967) . - Feeding behavior and the daily emergence ·
pattern of A rtibeus jamaicensis. Leach . A tas Simp . sobre Biota A mazônica.
5 ( Zoologia) : 239-253 .
MeN AB B . K. ( 1 969) . - The economies of tempe rature regulation in Neotropical bats .
Camp . Bioch . Physio/. , 3 1 : 227-268 .
MORRISON D . W . ( 1 975 ) . - Foraging behavior and feeding ecology of a neotropical
fruit bat , A rtibeus jamaicensis. PhD . Thesis. Cornell Univ.
MORRISON D.W. ( 1 978) . - Foraging ecology and energetics of the frugivorous bat
A rtibeus jamaicensis. Ecology, 59 : 7 1 6-72 3 .
.
OsBURN W. ( 1 865 ) . - Notes o n the Chiroptera o f Jamaica. Proc. Zoo!. Soc. London ,
6 1 -85 .
-
1 68
-
( 1 865 ) . - Notes on the Chiroptera of Jamaica. Proc. Zoo/. Soc. London,
6 1 -85 .
PERACCHI A . L . et ALBUQUERQUE. S.T. de ( 1 97 1 ) . - Lista pr6visoria dos quir6pteros
dos Estados do Rio de Janeiro e Guanabara , Brasil (Mammalia, Chiroptera) .
Rev. Brasil. Biol. , 3 1 : 405-4 1 3 .
PICCJNINI R . S . ( 1 971 ) . - Estudo sistematico e t bionômico dos quiropteros (Chiroptera)
do Estado do Ceara . 1. Quiropteros coletados na aerea onde esta localizada
a Faculdade de Veterinaria do Ceara . Rev. Med. Vet. , 7 : 29-52.
P o w E R D . M . et TAMSITI J . R . ( 1 973) . - Variation in Phyllostomus disco/or (Chiroptera :
Phyllostomidae ) . Canadian J. Zoo/. , 5 1 : 461 -468 .
PRÉVOST M . F . ( 1 98 1 ) . - Mise en évidence de graines d'espèces pionnières dans le sol
de la forêt primaire en Guyanne . Turrialba, 31 : 1 2 1 - 1 27 .
REIS N . R . DOS ( 1 98 1 ) . - Estudo ecologico dos Quiropteros de matas primarias et
capoeiras da regiao de Manaus, A mazonas. Tese de doutorado , CNPq-INPA­
FUA , Manaus , A M . , 220 pp . dact .
REIS N . R . DOS et PERACCHI A . L . ( 1 983) . - Morcegos da Regiao de Manaus , Amazonia .
A cta A mazonica, 1 3 , sous presse .
REIS N . R DOS et SCHUB A RT H . O . R . ( 1 979) . - Notas preliminares sobre os morcegos do
Parque Nacional da Amazonia (Médios Tapajos) . A cta A mazonica, 9 :
507-5 1 5 .
RusCHI A . ( 1 953) . - Morcegos d o Estado d o Espirito Santo. XI . Boletim do Museu de
Biologia, I l ( 1 3) : 1 4 ; 1 2 ( 1 4) : 1 8 ; 13 ( 15) : 1 5 .
STARRET A . et TORRE L . D E L A ( 1 964) . - Notes o n a collection o f bats from Central
America , with the third record for Cittarops alecto Thomas. Zoologica, 49 :
53-63 .
TADDEI V . A . ( 1 973) . - Phyllostomidae da Regiao Norte Occidental do Estado de Sao
Paulo. Tese . Sao José do Rio Petro , Fac . Ciencias e Letras .
TAMSITI J . R . et VALDIYIESO D . ( 1 96 1 ) . - Notas sobre atividades nocturnas y estados
de reproduccion de al gu nos quiropteros de Costa Rica. Rev. Biol. Trop. , 9 :
2 19-225 .
TAMSITI J . R . et VALDIYIESO D . ( 1 965) . - Reproduction of the female big fruit-eating
bat A rtibeus lituratus in Colombia . Carribbean J. Sei. , 5 : 157- 1 66.
TORRE R . DE LA ( 1 96 1 ) . - The evolution, variation, and systematics of the Neotropical
bats of the genus Sturnira. Ph . D . Thesis, Univ. Illinois , 1 46 pp .
TUTILE N . D . ( 1 970) . - Distribution and zoogeography of Peruvian bats , with comments
on n atural history . Univ. Kansas Science Bull. , 19 : 45-86 .
VA LDIVIESO D . et TAMSITI J . R . ( 1 962) . - First records of the Pale Speard-nosed Bat
in Colombia. J. Mamm. , 43 : 422-423 .
sensitivity of the seeds on the distribution
VA LIO I . F . M . et JoLY C . A . ( 1 979) . Li
- �ht
of Cecropia glaziovii Snethlage
(Moraceae) .
Z. Pflanzenphysiol. , 9 1 : 371 -376 .
VAN D E R P J J L L . ( 1 957) . - The dispersal of plants by bats (Chiropterocory ) . Acta
Botanica Neerlandica, 6 : 29 1 -3 1 5 .
V A N D E R P J J L L . ( 1 972) . - Princip/es of dispersal in higher plants. 2 e d . Berlin ,
Springer-Verlag . 1 6 1 pp.
VASQUEZ-JANES C . , O R ozco A. FRANSOJS G . et TREJO L . ( 1 975) . - Observations on
seed dispersal by bats i n a tropical humid region in Veracruz , Mexico .
Biotropica, 7 : 73-76 .
VILLA- R . B . ( 1 967) . - Los murciélagos de Mexico . lnst. Biol. , Univ. Nac. A ut. Mexico,
XVI , 49p1 p .
- Mammals of the World. Baltimore , Johns Hopkins Press . ,
W A L K E R E . P(. 1 964) .
XLVI I I , 644 pp.
WILLIAMS T . C . , WILLIAMS J . M . et GRIFFIN D.R. ( 1 966) . - The homing ability of the
Neotropical bat Phyllostomus hastatus, with evidence for visual orientation .
A nim. Behav. , 14 : 468-473 .
YALDEN D . W . et MORRIS P . A . ( 1 975) . - The lives of bats. London, Redwood Burn Ltd.
247 pp .
Ü S BU RN W.
- 1 69 -
Fly UP