...

Le principe Hegel Vol. 5 N° 3 - 2015 Doi : 10.4267/2042/56906

by user

on
Category: Documents
2

views

Report

Comments

Transcript

Le principe Hegel Vol. 5 N° 3 - 2015 Doi : 10.4267/2042/56906
Hegel Vol. 5 N° 3 - 2015
224
Doi : 10.4267/2042/56906
Le principe
Jérôme Ferrari
Actes Sud – 161 p – 16,50 €
Analyse de livre
Après la tentative d’analyse du livre de Carlo Rovelli1, celle-ci répond au même désir de comprendre s’il
est possible de trouver des liens entre la physique quantique et ce que certains nomment la « médecine
quantique ».
Quatre mots pourraient résumer les constatations faites par un jeune philosophe cherchant à comprendre
le parcours suivi par Werner Heisenberg (1901-1976), père du « principe d’incertitude » et Prix Nobel de
physique en 1932 : incertitude, philosophie, poésie, foi en la beauté. Et comme nous le verrons, rien ne
change sous le soleil.
Ce principe dit d’incertitude stipulant que l’on ne peut connaître à la fois la position et la vitesse d’une
particule élémentaire (île d’Helgoland, 1926), jetait les bases de la physique quantique.
Un certain nombre de citations tirées de l’immense travail accompli par notre jeune philosophe montrent
à quel point les prises de position et les pensées de Werner Heisenberg étaient incohérentes dans une
Allemagne nazie.
« Il vous était impossible de croire que les forces de la bêtise fussent infiniment supérieures à celles de
la raison »… « Vous ne vous rappelez plus qui vous êtes ni même si un jour, vous avez été quelqu’un »…
« L’obtention du prix Nobel n’offrait aucune garantie durable contre l’imbécilité ». C’est ainsi que Philippe
Lenard (Nobel 1905) se répandait sans la moindre retenue en invectives contre Einstein dont la théorie de
la relativité exprimait la quintessence d’une « abominable physique typiquement juive »… « La physique
allemande devait être préservée de la corruption juive qui l’infectait »… « Tout ce que l’on est incapable
de comprendre est nécessairement absurde »…
Werner Heisenberg avait refusé de suivre bon nombre de ses collègues partis aux USA pour créer sous
l’instigation de Max Planck, des « îlots de stabilité » en Allemagne.
Or, c’était se condamner à des compromissions inévitables qui conduiront Heisenberg à la suite d’Otto
Hahn à travailler sur la fission atomique avec comme objectif l’élaboration de la bombe atomique. A ce
propos, Heisenberg, installé dans le Cottage de Farm Hall en compagnie de 9 autres physiciens allemands
à la fin de la guerre et après la catastrophe d’Hiroshima dira : « C’était le moyen le plus rapide de mettre
fin à la guerre » et d’ajouter : « Ce fut l’acte le plus diabolique qu’on puisse imaginer ».
A Farm Hall, les 10 savants allemands sont libres mais leurs conversations souvent débridées et
irresponsables sont enregistrées à leur insu. C’est ainsi que le Dr Wirtz avoue : « Nous avons fait
des choses qui n’ont pas de précédent. Nous sommes allés en Pologne et, non seulement nous avons
assassiné les juifs de Pologne mais par exemple, les SS ont débarqué dans une école de filles ; ils ont
fait sortir les plus âgées et les ont abattues, simplement parce que les filles étaient lycéennes et qu’il
fallait éliminer l’intelligentsia. Voilà ce que nous avons fait ». Ces actes restent hélas d’actualité de par
le monde.
Revenons à la foi en la beauté. A plusieurs reprises, Werner Heisenberg pose la question : « Comment
trouvez-vous nos lacs et nos montagnes ? Je vous l’assure, de ma vie, je n’ai jamais rien vu de plus
beau ».
Si tout au long de cette lecture, rien n’est venu satisfaire cette quête d’un possible lien entre physique
et médecine quantique, une citation émise sur l’île d’Helgoland nous interpelle : « Les expérimentations
livraient toujours plus de résultats non seulement incompatibles avec les connaissances les mieux assurées
de la physique classique mais de surcroît, scandaleusement contradictoires, des résultats absurdes et
pourtant irréfutables, qui interdisaient de former une image un tant soit peu sensée de ce qui se passait
à l’intérieur d’un atome ou même quelque image que ce fût ».
Et si les relations entre médecine classique et médecine quantique suivaient ce même processus ? Raison
de plus pour chercher à comprendre même et surtout l’incompréhensible en instaurant peut-être des
références d’évaluation différentes.
N’oublions pas que tout ce que nous savons n’est qu’une étape vers d’autres savoirs !
Fernand Vicari
1.
Carlo Rovelli. Par delà le visible, la réalité du monde physique et la gravité quantique. Analyse de F. Vicari.
HEGEL 2015 ;5 :167.
© aln.editions
Fly UP