...

Abstracts

by user

on
Category: Documents
1

views

Report

Comments

Description

Transcript

Abstracts
RÉSUMÉS – Abstracts
Leonard ORBAN, Langues et traduction : une politique cruciale pour l’Union européenne
En raison de ses élargissements successifs, l’Union européenne compte désormais près d’un demi-milliard de
citoyens, 27 États membres, 3 alphabets et 23 langues officielles dont certaines ont une diffusion mondiale. Mais ce
n’est que la partie émergée de l’iceberg : quelques 60 autres langues font également partie de son patrimoine commun,
parlées qu’elles sont dans certaines régions ou par des groupes spécifiques. Par ailleurs, les migrants ont apporté un
large éventail de langues : on estime qu’au moins 175 nationalités sont présentes sur le territoire de l’Union. Cette
diversité est le fondement même de l’identité européenne, qui, à l’heure de la mondialisation, en fait sa force : le
multilinguisme est un facteur majeur de compétitivité pour l’économie européenne, et la traduction sous toutes ses
formes – notamment littéraire – constitue le support essentiel d’une Europe de la diversité.
Mots-clés : Union européenne, multilinguisme, traduction, identité européenne, avantage comparatif, compétitivité,
diversité culturelle.
Languages and Translation: a Core Issue in European Union Policies
With its successive enlargements, the European Union now has almost half a billion citizens, 27 Member States,
3 alphabets and 23 official languages, some of which are spoken all over the world. But this is only the visible part of the
iceberg: some 60 other languages, spoken in certain regions or by particular groups, are also part of its common heritage.
To these are added a wide range of other languages introduced by migrants: it is estimated that at least 175 nationalities
are represented within the EU. This diversity is the very foundation of European identity and, in our age of globalisation,
also what makes its strength: multilingualism is an important factor of competitiveness for the European economy, and
translation of every kind, literary included, is a mainstay of European diversity.
Keywords: European Union, multilingualism, translation, European identity, comparative advantage, competitiveness,
cultural diversity.
HERMÈS 56, 2010
TEXTE_p001-256.indd 219
219
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
Aurélien YANNIC, Francophonie, plurilinguisme, traduction : la mondialisation des enjeux identitaires
Le français est, par définition, le vecteur d’une des plus grandes aires culturelles du monde contemporain, celui
de la francophonie, mais il est inséparable de sa coexistence avec les 2 000 langues de l’espace francophone. C’est dire
à quel point une vision purement hexagonale de la francophonie est en totale contradiction avec les données du monde
d’aujourd’hui. On pourrait en dire autant des autres espaces linguistiques (anglophonie, arabophonie, hispanophonie,
lusophonie, etc.) : le cloisonnement des langues et des cultures est incompatible avec les développements actuels de
la mondialisation. Autrefois essentiellement instruments de pouvoir et de domination, les aires culturelles et linguistiques se transforment en instruments de cohabitation et de diversité, ce qui place la question du plurilinguisme et de
la traduction aux centre des enjeux majeurs du monde contemporain.
Mots-clés : francophonie, plurilinguisme, traduction, mondialisation, aires linguistiques et culturelles, diversité
culturelle, cohabitation culturelle.
The French-speaking World, Multilingualism and Translation: a Global View of Cultural Challenges
The French language, by definition, is the vehicle for the Francophone world, one of the largest cultural areas in
the world of today. But French cannot be considered in isolation from the 2 000 languages with which it coexists in the
Francophone sphere. This underlines how completely the Francophone concept, when seen from the perspective of France
alone, contradicts the realities of today’s world. The same could also be said of other linguistic areas (English, Arabic,
Spanish, Portuguese, etc.): dividing up the world in terms of languages and cultures is fundamentally incompatible with
current trends in globalisation. While cultural and linguistic spheres were, in the past, essentially instruments of power and
domination, they are now becoming instruments of cohabitation and diversity, and this brings the issues of multilingualism
and translation to the very heart of the major global issues of today.
Keywords: the Francophone idea, multilingualism, translation, globalisation, linguistic and cultural spheres, cultural
diversity, cultural cohabitation.
Lalbila Aristide YODA, Traduction et plurilinguisme au Burkina Faso
Le Burkina Faso comporte, en plus du français, « langue officielle », environ une soixantaine de langues locales
dites « langues nationales ». Malgré des lois favorables à l’égalité des langues, on constate dans la pratique une hiérarchisation linguistique qui consacre la domination du français sur les autres langues.
Dans ce contexte plurilingue, on pouvait s’attendre à ce que la traduction puisse contribuer à la préservation de la
diversité linguistique et culturelle du pays, voire à l’enrichissement des langues nationales. Mais l’analyse de la traduction
littéraire et audio-visuelle révèle une direction (ou un sens) qui reflète cette hiérarchisation des langues. En effet, la traduc-
220
TEXTE_p001-256.indd 220
HERMÈS 56, 2010
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
tion entre langues européennes est de loin la plus importante, en particulier entre le français et l’anglais. La traduction entre
les langues nationales n’existe pas. Dans le domaine audio-visuel, en particulier le cinéma, le sous-titrage se fait toujours des
langues nationales vers les langues européennes. En l’absence d’une politique linguistique et d’une politique de traduction,
la traduction ne peut pas jouer son rôle de promotion des langues et de préservation de la diversité culturelle.
Mots-clés : Burkina Faso, langues locales, langues nationales, hiérarchisation linguistique, plurilinguisme, diversité
linguistique, traduction, langues européennes, langues africaines, politique linguistique, politique de traduction.
Translation and Multilingualism in Burkina Faso
As well as French, its “official language”, Burkina Faso has about 60 local languages that are referred to as “national
languages”. Despite legislation in favour of language equality, there is, in practice, a distinct hierarchy that has enshrined
the domination of French over other languages.
In this multilingual context, it might have been expected that translation would help to preserve the country’s linguistic
and cultural diversity, and even to enrich its national languages. However, our analysis of literary and audio-visual translations shows that the translating directions reflect the existing hierarchy between languages. Translations between European
languages are by far the most common, especially between French and English. There is no translation at all between the
national languages. In the audiovisual field, especially in films, sub-titles are always translated from national languages
into European languages. Without language or translation policies, translation cannot play its part in promoting languages
and preserving cultural diversity.
Keywords: Burkina Faso, local languages, national languages, language hierarchy, multilingualism, linguistic diversity,
translation, European languages, African languages, language policy, translation policy.
Lorenzo VILCHES, La difficile cohabitation du catalan et du castillan
La traduction est inséparable de l’histoire d’un peuple, de sa culture passée et présente, de la dimension politique
qui, en définitive, délimite les cadres juridiques et sociaux où se déploie l’activité des personnes, mais aussi marque
l’opinion et le débat idéologique dans une démocratie. Alors que la planète s’achemine vers le plurilinguisme d’une
mondialisation économique et culturelle, en Catalogne, la politique se trouve en partie prise dans un combat visant
à faire du catalan une langue majoritaire, voire, pour les nationalistes radicaux et indépendantistes, la seule langue
officielle. Dans un tel contexte, la traduction depuis et vers le catalan constitue le moyen culturel stratégique d’une
revendication identitaire face à la langue de Cervantès. La question de la traduction et, plus précisément, celle de la
langue catalane est inévitablement perçue comme politique, ce qui, d’une certaine manière, tend à laisser la réalité
linguistique occultée derrière le contexte historique que la Catalogne a connu.
Mots-clés : catalan, castillan, identité linguistique, politique linguistique, traduction et médias.
HERMÈS 56, 2010
TEXTE_p001-256.indd 221
221
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
The Uneasy Coexistence of Catalan and Castilian
Translation is inseparable from the history of a people, its culture past and present, and its political dimension which,
ultimately, frames the legal and social context in which individuals act, but also sets its stamp on public opinion and ideological debate in a democracy. As multilingualism marches onward in an economically and culturally globalised world,
politics in Catalonia have been caught up in a struggle to make Catalan the majority language – or, for radical nationalists
and independence activists, even the only official language. In this context, translation from and into Catalan has become
a strategic cultural vehicle for claims opposing Catalan identity to the language of Cervantes. The question of translation
and, more specifically, translation of the Catalan language is inevitably perceived as political, so that the linguistic realities
tend to be overshadowed by the historical context as experienced in Catalonia.
Keywords: Catalan, Castilian, linguistic identity, language policy, translation and the media.
Mathieu GUIDÈRE, Les nouveaux métiers de la traduction
On a vu apparaître, avec la mondialisation, de nouveaux métiers de la traduction (communication multilingue,
médiation humanitaire, veille stratégique) qui sont tous fondés sur une prise en compte du multilinguisme et du
plurilinguisme, devenus caractéristiques des individus, des supports et des outils. Dans la course à l’intégration des
médias et à la maîtrise de l’information diffusée dans toutes les langues du monde, le traducteur a ainsi gagné ses
lettres de noblesse langagière en devenant un acteur stratégique au sein des institutions et des entreprises d’envergure
internationale. L’ extraordinaire succès d’Internet n’a fait que conforter cette position stratégique en élargissant davantage l’éventail des compétences du traducteur et le champ de ses interventions. Désormais, il est tantôt « communicateur » en plusieurs langues, tantôt « médiateur » en zone de crise ou de conflit et, parfois, « veilleur multilingue » à
la recherche d’informations stratégiques.
Mots-clés : traduction, médiation humanitaire, communication multilingue, veille stratégique.
The New Translating Professions
With the advent of globalisation, translation has branched out into new professions (multilingual communication,
humanitarian mediation, strategic intelligence) that are all based on recognition of multilingualism as a characteristic of
individuals, media and tools. In the race towards media integration and information management in each of the world’s
languages, translators have gained status as strategic players within institutions and companies operating, or aiming to operate,
on an international scale. The phenomenal success of the Internet has strengthened this strategic position by broadening the
range of translating skills and their fields of application. Nowadays, translators may be “communicators” in several languages,
“mediators” in crises or conflict zones and sometimes multilingual “intelligence gatherers” of strategic information.
Keywords: translation, humanitarian mediation, multilingual communication, strategic intelligence.
222
TEXTE_p001-256.indd 222
HERMÈS 56, 2010
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
Peter STOCKINGER, L’ adaptation et la republication de ressources audiovisuelles numériques
La mondialisation a pour effet de rendre indispensable non seulement le recours à la traduction, mais souvent
aussi à l’adaptation. C’est en particulier le cas pour les ressources audiovisuelles numériques et leur republication,
dont l’importance ne fait que croître. Le texte audio-visuel est en réalité à considérer comme un objet sémiotique
pouvant avoir une extrême complexité, en raison des différentes strates dont il se compose. En particulier, chacun des
plans que l’on peut y distinguer peut être l’objet d’une traduction culturelle spécifique, car autrement les informations
véhiculées risqueraient d’être mal interprétées par les récepteurs. Pour aborder cette problématique, l’article s’appuie
notamment sur les travaux effectués dans le cadre du projet de recherche « Atelier sémiotique audiovisuel » (ASASHS) financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR).
Mots-clés : traduction, adaptation, ressources audio-visuelles numériques, republication, traduction culturelle,
atelier sémiotique audiovisuel, Agence nationale de la recherche, objet sémiotique.
Adaptation and Re-publication of Digital Audiovisual Resources
One effect of globalisation has been to make not only translation essential, but also adaptation. This is particularly
true in the case of digital audiovisual resources and their re-publication, which are greatly increasing in importance.
Audiovisual text should in fact be considered as a many-layered semiotic object whose complexity can be extreme. Each
of these layers may require a specific cultural translation, failing which the information conveyed can be wrongly interpreted by those receiving it. In addressing this problem, this paper draws in particular on the work carried out under the
“Audiovisual Semiotics Workshop” research project (Atelier sémiotique audiovisuel, ASA-SHS) financed by the French
National Research Agency (ANR).
Keywords: translation, adaptation, digital audiovisual resources, republication, cultural translation, audiovisual semiotics workshop, French National Research Agency (ANR), semiotic object.
Michaël OUSTINOFF, « De la démocratie en Amérique » et l’intraduisibilité de l’anglais
Tocqueville avait inclus dans son ouvrage majeur, De la démocratie en Amérique, un chapitre entier dont le titre
parle de lui-même : « Comment la démocratie américaine a modifié la langue anglaise. » Effectivement, il n’existe plus
une seule forme d’anglais, mais plusieurs, ou, pour reprendre une formule célèbre, l’Angleterre et les États-Unis sont
séparés par la même langue. Autrement dit, l’intraduisibilité est au cœur de chaque langue. Aux yeux de Tocqueville,
Britanniques et Américains ne parlent pas la même langue car ils vivent dans des sociétés différentes. La question
des langues ne saurait se réduire à leur dimension uniquement linguistique ou purement abstraite à l’heure de la
mondialisation. Il faut étendre la perspective à ses aspects sociétaux et politiques, en procédant à toutes les recontex-
HERMÈS 56, 2010
TEXTE_p001-256.indd 223
223
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
tualisations culturelles sans lesquelles la communication risque d’être irrémédiablement faussée : la traduction passe
aussi par cette ligne de partage au sein de chaque langue, à commencer par l’anglais.
Mots-clés : Tocqueville, « De la démocratie en Amérique », intraduisibilité, recontextualisation culturelle, anglais,
mondialisation.
“Democracy in America” and the Untranslatability of English
As discussed by Tocqueville in an entire chapter of his major work, “Democracy in America”, whose title speaks
for itself – “How American Democracy has Modified the English Language” – there is not a single English language, but
several. Or, to quote George Bernard Shaw’s well-known aphorism, “England and America are two countries divided by
a common language”. In other words, in language, the untranslatable is central. In Tocqueville’s view, the British and the
Americans do not speak the same language because they live in different societies. The question of language, especially in
our globalised world, goes far beyond the purely linguistic or purely abstract dimension. Languages have to be considered
also from their societal and political angles, with cultural recontextualisation at every step: failing this, communication can
irremediably break down. Translation also has to take this divide within each language on board, in English first of all.
Keywords: Tocqueville, “Democracy in America”, untranslatable, cultural recontextualisation, English, globalisation.
Tom DWYER, Traducteurs, associations professionnelles et marché : approches empiriques
Cet article porte sur les aspects non communicationnels du métier des professionnels de la traduction. Les différents métiers de la traduction exigent des compétences linguistiques en réalité très diversifiées. Des données récentes,
notamment d’Europe et d’Amérique du Nord, démontrent l’importance du « secteur des services linguistiques ». Si
l’on dispose assez largement de statistiques fiables sur l’ampleur du marché de la traduction dans les pays développés,
on n’en a pratiquement aucune pour les pays en voie de développement, même les plus grands. Nous savons très peu
de choses des conditions de travail des traducteurs, mais une récente étude européenne montre qu’en général les
traducteurs littéraires sont mal payés et souvent soumis à de lourdes charges de travail, ce qui nuit à la qualité. D’autres
études sont manifestement nécessaires. La Fédération internationale des traducteurs (FIT) vise à promouvoir le professionnalisme des métiers de la traduction et l’amélioration des conditions de travail des traducteurs en rassemblant les
diverses associations nationales. Néanmoins, les instances dirigeantes de cette fédération sont dominées par l’Europe
et les États-Unis alors même que l’on assiste à l’émergence de nouvelles puissances sur la scène mondiale et que les
besoins en traduction ne cessent d’augmenter : ce sont de tels déséquilibres que l’article entend également aborder.
Mots-clés : FIT, Fédération internationale des traducteurs, marché de la traduction, secteur des services linguistiques, conditions de travail des traducteurs.
224
TEXTE_p001-256.indd 224
HERMÈS 56, 2010
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
Translators, Professional Associations and the Translating Market : Empirical Approaches
This article looks into the non-communicational aspects of the work of translating professionals. Translators work in
a variety of jobs that require a range of language skills. Recent data, particularly from Europe and North America, demonstrate the economic importance of the “language services industry”. Reliable statistics on the size of the labour market are
available principally from developed countries, but there is a lack of such data on even the largest developing countries. We
know very little about the working conditions of translators; however, a recent European survey indicates that, in general,
literary translators are poorly paid and frequently required to take on heavy work loads, with negative consequences for
quality. More studies are clearly necessary. As a forum for national translators’ associations, the International Federation
of Translators (FIT) promotes professionalism in the translating field and proper working conditions for translators.
However, the FIT’s governing bodies are dominated by Europe and North America, despite the rise of the new economic
powers and the increase in demands for translation. This paper also discusses some of the consequences of these imbalances.
Keywords: FIT, International Federation of Translators, translation market, linguistic services industry, working conditions of translators.
Astrid GUILLAUME, La traduction au service des ONG
Avec l’apparition d’Internet, les règles de fonctionnement dans tous les domaines de la société ont été fondamentalement modifiées. Les échanges sont devenus plus rapides, plus visibles et visuels, et pour la première fois dans
l’histoire de l’humanité ils se situent à l’échelle planétaire. Penser que la sphère associative ait pu passer à côté de cette
profonde mutation sociétale serait une erreur. Tout comme les autres secteurs de la société, les ONG, les associations,
les institutions, les administrations du secteur public, les instances présidentielles et ministérielles des États ont dû,
elles aussi, entrer dans cette compétitivité effrénée et modifier leurs modes de fonctionnement vers plus de visibilité
des contenus, plus d’explicatifs, plus de diversités des médias employés, plus de services en ligne et d’interactivité, afin
de toucher le plus de monde possible, ou de faciliter la vie de chacun en rendant certaines démarches plus rapides.
Cependant, mondialisation ne saurait rimer avec efficacité sans passer par l’étape incontournable qu’est la traduction.
Mots-clés : globalisation, humanité, langues, traduction, ONG, associations, institutions, compétitivité, efficacité,
visibilité.
Translation: a Vital Tool for NGOs
The arrival of the Internet has profoundly changed the rules in every area of society. Exchanges are faster, more visible
and more visual, and for the first time in the history of humanity, they are happening on the scale of the entire planet. It
would be a mistake to believe that non-governmental groups have been left untouched by this profound societal change.
HERMÈS 56, 2010
TEXTE_p001-256.indd 225
225
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
Like all other sectors of society, NGOs, associations, institutions, public sector administration and State presidential or
ministerial bodies have had to join the same headlong race for competitiveness, changing the way they function to make
their content ever more visible and more explanatory, broaden their media range and expand their on-line services and
interactiveness, to reach as many people as possible or make life easier by offering faster responses. However, globalisation
can never equal efficiency if translating is left out of the equation.
Keywords: globalisation, humanity, languages, translation, NGOs, associations, institutions, competitiveness, efficiency,
visibility.
Jean-François NOMINÉ, « Cafebabel.com », porte-parole de l’esprit européen
Signe des temps, Cafebabel, est un webzine gratuit paneuropéen publiant quotidiennement en six langues (allemand, anglais, espagnol, français, italien, polonais). Il vise l’eurogénération, « la première génération qui vit l’Europe
au quotidien ». S’appuyant sur un réseau de 31 rédactions locales dans 13 pays européens, coordonnées par une rédaction centrale à Paris, les articles partent de toutes ces rédactions, sont traduits par un réseau de traducteurs bénévoles,
puis revus pour le travail final de secrétariat de rédaction par des journalistes professionnels, en fonction du lectorat
de l’aire linguistique à laquelle la traduction s’adresse sans nécessairement être juxtaposée sur l’original. La diversité
des thèmes, la jeunesse du lectorat comme celle de la rédaction, l’amour des langues partagé par ses lecteurs, la diversité de son réseau et l’optique de proximité de Cafebabel en font un média européen original, différent de Courrier
international, Euronews, Arte ou Presseurop.
Mots-clés : webzine, paneuropéen, médias plurilingues, eurogénération, Union européenne.
“Cafebabel.com”: a Herald for the European Spirit
“Cafebabel” is a sign of the times, a free-access, pan-European webzine published every day in six languages (German,
English, Spanish, French, Italian and Polish). Its target audience is the “Eurogeneration”, “the first generation of people whose
daily lives are European”. A network of 31 editorial committees in 13 European countries, coordinated by a central editorial
board in Paris, sends out articles that are translated by a network of volunteer translators, before reaching the final copydesk
stage where they are revised by professional journalists according to the linguistic area targeted by the translation, and not
necessarily in juxtaposition with the original. The variety of topics, the youthfulness of both readership and writers and their
shared love of languages, the diversity of its contributors and the “corner café” feel of “Cafebabel” have made it a highly distinctive Europe-wide media outlet, on a different register from “Courrier international”, “Euronews”, “Arte” or “Presseurop”.
Keywords: webzine, pan-European, multilingual media, Eurogeneration, European Union.
226
TEXTE_p001-256.indd 226
HERMÈS 56, 2010
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
Daniel PRADO, La traduction automatisée : le cas des langues romanes
En soixante ans, les technologies relatives à l’automatisation de la langue ont été très souvent décriées et moquées.
Elles connaissent depuis peu un essor considérable et leur utilisation tend à se généraliser, tout au moins pour
quelques couples de langues privilégiées. Nous dresserons un état de l’art de la traduction automatisée, évaluerons
ses enjeux et nous nous attacherons à décrire le déséquilibre géolinguistique qui règne dans ce domaine.
Nous analyserons ensuite plus précisément le cas des langues romanes. Si les pays latins se sont lancés relativement
tôt dans la course technologique, leurs systèmes se concentraient surtout sur la traduction à partir de l’anglais et vers l’anglais. Ils commencent aujourd’hui à développer des outils de traduction entre langues romanes, tirant parti de leur proximité linguistique, mais les obstacles à franchir sont encore nombreux pour équiper convenablement toutes les langues.
Mots-clés : automatisation de la langue, traduction automatisée, langues romanes, outils de traduction, proximité
linguistique, intercompréhension.
Automated Translation: the Case of the Romance Languages
In the last 60 years, automated language technologies have very often been mocked and derided. Recently, however,
they have begun to take off and are coming into widespread use, at least for the most common language pairs. This article
reports on the state-of-the-art of automated translation, investigates the issues and describes the geo-linguistic imbalance
characterising the field.
We then analyse the case of the Romance languages in particular. Although the Latin countries joined the technological
race at fairly early stage, their systems focused mainly on translating from and into English. They are now beginning to
develop tools for translating between Romance languages, drawing on their linguistic proximity, but there are still a great
many hurdles to overcome before each of these languages can be effectively processed.
Keywords: language automation, automated translating, Romance languages, translating tools, linguistic proximity,
mutual comprehension.
Daniel RAICHVARG, La vulgarisation des sciences : fausse « traduction » et vraie « interprétation »
Penser la vulgarisation des sciences comme une simple traduction d’un langage savant en un langage vulgaire
conduit à dévaloriser totalement l’acte de vulgariser, son inventivité et sa fonction sociétale. Cet article analyse d’abord
comment cette conception, que l’on peut considérer comme une conception-écran, s’appuie sur des prémisses historiques
et épistémologiques à revisiter pour, ensuite, interroger les conséquences de son (nécessaire) renversement copernicien.
Mots-clés : traduction, interprétation, vulgarisation, modèle, science/société
HERMÈS 56, 2010
TEXTE_p001-256.indd 227
227
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
Scientific Popularisation: Translation or Interpretation ?
Considering scientific popularisation as merely the translation of scientific language into popular language altogether
misses a crucial point for society, which is the act of popularising itself, its inventiveness and its societal function. This
article analyses how popularisation, considered here as a masking concept, draws on historic and epistemological premises
that need to be revisited in order to investigate the consequences of its (necessary) Copernican reversal.
Keywords: translation, interpretation, popularisation, model, science/society
Pierre LASZLO et Michaël OUSTINOFF, Être un scientifique, c’est apprendre à traduire la parole
des choses (entretien)
Aujourd’hui, les scientifiques sont au moins trilingues : langue maternelle ; langage technique de la discipline ;
anglais comme langue véhiculaire. Le plurilinguisme est indispensable à un scientifique parce que la science est inséparable de sa communication, sous ses différents registres, notamment ceux de l’écrit et de l’oral. Il n’est pas de science,
en particulier, sans vulgarisation scientifique : en ce sens, être un scientifique, c’est apprendre à traduire la parole des
choses. Le monolinguisme, en la matière, n’est pas seulement néfaste : c’est une vue de l’esprit, car les concepts, que
ce soit dans les sciences exactes ou les sciences humaines, ne sauraient s’appréhender directement, sans le recours au
langage. Lavoisier considérait que les langues étaient « de véritables méthodes analytiques » et, à l’inverse, que « la
logique des sciences tient essentiellement à leur langue ». Voilà pourquoi il est bien artificiel d’opposer sciences exactes,
sciences humaines et esthétique : il n’y a pas de fossé infranchissable entre les trois, et il est urgent de le redécouvrir.
Mots-clés : langage technique, vulgarisation scientifique, logique scientifique, chimie, esthétique.
Being a Scientist Means Learning to Translate what Things, not People, are Saying (interview)
Scientists today are trilingual at least: they have their mother tongue, the technical language of their discipline and
English as their vehicular language. Multilingualism is essential to a scientist because science is inseparable from communication in all its different registers, and particularly those of written and oral language. Every kind of science goes hand
in hand with scientific popularisation: in this sense, being a scientist means learning to translate what things - rather than
people - are saying. Speaking only one language, in this context, is not just a disadvantage: it is an illusion, because concepts,
whether in the exact or the human sciences, cannot be grasped directly without the use of language. Lavoisier believed that
languages are “analytical methods per se” and that, conversely, “the logic of the sciences essentially lies in their language”.
This is why the division between exact sciences, liberal arts and aesthetics is completely artificial: there is no real gap
between the three, and we urgently need to rediscover this fact.
Keywords: technical language, scientific popularisation, scientific logic, chemistry, aesthetics.
228
TEXTE_p001-256.indd 228
HERMÈS 56, 2010
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
Michèle LECLERC-OLIVE, Crise financière et espace public : traduire le langage de l’aléatoire
Dire l’incertain ne va pas de soi : dans le domaine de la finance, profanes comme experts tendent à réduire
le caractère imprévisible, sauvage des processus, à les confondre avec des modèles aléatoires plus réguliers, plus
continus, moins imprévisibles. C’est ainsi, par exemple, qu’un événement probable est considéré comme une certitude, qu’un phénomène aléatoire est assimilé à un jeu de pile ou face, qu’on probabilise une incertitude radicale ou
qu’une convergence en probabilité est réduite à une convergence simple. Ces pratiques de traduction, qui sont autant
de « dérandomisations » de l’aléatoire, entretiennent deux fictions complémentaires : d’un côté le monde serait moins
complexe que ce que la science en dit dans ses langages techniques, de l’autre ces langages pourraient être totalement
traduits, confortant l’idée d’une possible langue universelle.
Mots-clés : financiarisation, aléatoire, mathématisation, dérandomisation, langue universelle, crise financière, espace public.
The Financial Crisis and the Public Sphere: Translating the Language of Randomness
Expressing uncertainty is not an easy task, and where finance is concerned, experts and the uninitiated alike tend to minimise the unpredictable, unmanageable nature of financial processes and confuse them with more regular, more continuous, less
unpredictable random models. This is why, for example, probable events are considered as certainties, random phenomena
are seen as a game of tossing the coin, radical uncertainties are made probable and convergent probabilities are taken as
convergence pure and simple. These “translating” practices, which in effect serve to de-randomise what is random, keep up two
complementary types of fiction: one is that the world is actually less complex than the technical languages of science would have
us believe, the other is that these languages are fully translatable, which reinforces the idea of a possible universal language.
Keywords: financialisation, random, mathematisation, de-randomisation, universal language, financial crisis, public sphere.
Mylène HARDY et Hailong LIU, La traduction des sciences de la communication en Chine : le
concept de « chuanboxue »
Cet article se propose de montrer que le langage en traduction joue un rôle performatif parce que les termes qu’il
emploie retraduisent des normes sociales et des positions institutionnelles construites dans une autre culture, avec
d’autres conditions historiques. Dans le cas de la naissance des sciences de la communication en Chine, des concepts
américains sur la communication sont venus par leur traduction à la rencontre des normes et positions chinoises sur
le journalisme et la propagande, engendrant une reconfiguration mutuelle des actants, qu’ils soient sociaux ou langagiers. Nous étudions comment le système socio-culturel de la Chine a recréé un ordre local propre sous la forme d’une
discipline spécifique à ce pays, xinwen chuanboxue (les « sciences de la communication journalistique »).
HERMÈS 56, 2010
TEXTE_p001-256.indd 229
229
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
Mots-clés : traduction, communication, journalisme, propagande, Chine, chinois, performatif, système socioculturel, xinwen chuanboxue, sciences de la communication journalistique.
Translating the Communication Sciences in China: the “Chuanboxue” Concept
This article sets out to show that language in translation plays a performative role, because the terms it uses effectively
retranslate social norms and institutional positions that were built up in a different culture and in different historical circumstances. In the case of the emerging communication sciences in China, American concepts on communication, which arrived in
translation, came to encounter Chinese norms and positions on journalism and propaganda, and this caused a mutual reconfiguration of the actants, both social and linguistic. We look here at how the Chinese socio-cultural system re-created its own local
order in the form of a discipline which is specific to the country, “xinwen chuanboxue” (sciences of journalistic communication).
Keywords: translation, communication, journalism, propaganda, China, Chinese, performative, socio-cultural system,
“xinwen chuanboxue”, sciences of journalistic communication.
Foued LAROUSSI et Ibrahim ALBALAWI, La traduction de l’arabe et vers l’arabe, à l’heure de la
mondialisation
Cet article rappelle d’abord l’âge d’or de la civilisation arabo-islamique, la dynastie abbasside (750-905), pendant
laquelle, la traduction joua un rôle capital pour la conservation des produits culturels de l’antiquité et leur transfert
de l’Orient vers l’Occident. Puis il décrit la crise de la traduction aujourd’hui, à un moment où les pays arabes ne
produisent plus de savoir scientifique et traduisent très peu. Pour illustrer cela, il est fait référence au rapport sur le
développement humain dans le monde arabe publié par le Programme des Nations Unies pour le Développement
(Pnud), lequel pointe des faiblesses considérables dans le domaine des sciences et de la technologie. Ce rapport montre
que la crise de la traduction est due plutôt aux obstacles politiques qu’aux structures socio-économiques des pays
arabes. Il y a un réel problème de gouvernance qui n’encourage pas à bâtir une société de la connaissance.
Mots-clés : traduction, monde arabe, Pnud, sciences, technologies, crise de la traduction, gouvernance, civilisation
arabo-islamique.
Translating To and From the Arabic in the Context of Globalisation
In a first part, this article recalls the golden age of Arab Islamic civilisation, the Abasside dynasty (750-905), during
which translation played a crucial role for conserving ancient culture and transferring it from East to West. Then, it
describes the present-day crisis in translation, a time when the Arab countries no longer produce scientific knowledge and
230
TEXTE_p001-256.indd 230
HERMÈS 56, 2010
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
translate very little. To illustrate this, the article refers to the Human Development Report in the Arab World produced by
the United Nations Development Programme (UNDP), which points out considerable weaknesses in the areas of science
and technology. It shows that the translation crisis is due more to political obstacles than to socio-economic structures of
Arab countries. There is a real problem of governance that does not favour the construction of a knowledge society.
Keywords: translation, Arab world, UNDP, science, technology, translation in crisis, governance, Arab Islamic civilisation.
Olga INKOVA, Les « intraduisibles » : question de langue ou de culture ?
Aujourd’hui, tout un courant de pensée a remis au goût du jour – et à juste titre – les écrits de Wilhelm von
Humboldt sur les langues en tant que « visions du monde » singulières (Weltanschauungen). C’est parce que chaque
langue découpe l’univers à sa manière que l’intraduisibilité serait la caractéristique fondamentale de toute traduction,
aucun mot ne correspondant exactement à aucun autre dans une autre langue. Une telle analyse n’est pas, en soi,
fausse, mais elle demande à être sans doute relativisée. L’ intraduisibilité trouve également sa source ailleurs : autrement, on ne s’expliquerait pas pourquoi, au sein de la même langue, un mot est susceptible de changer de sens selon
l’époque où l’on se situe. Enfin, les structures linguistiques ne sauraient être rigides : elles sont, au contraire, d’une
extrême malléabilité. C’est ce que montre l’analyse du champ sémantique des termes signifiant « liberté » en russe,
svoboda et volja, dont le second est souvent qualifié d’intraduisible.
Mots-clés : intraduisibilité, Wilhelm von Humboldt, vision du monde, champ sémantique, liberté, « svoboda »,
« volja », relativité linguistique.
The Untranslatable: a Matter of Language or Culture?
A whole current of thought has recently - and rightly - returned to the writings of Wilhelm von Humboldt on languages
as unique “visions of the world” (“Weltanschauungen”). It is because each language divides up the universe in its own way
that the untranslatable may well be the fundamental characteristic of any translation, since no word corresponds exactly to
any other word in another language. This idea, although not inherently wrong, needs to be completed. There are other ways
of accounting for untranslatability; otherwise there would be no reason why, in the same language, a word can change its
meaning with the times in which it is used. Finally, linguistic structures are not rigid: they are, on the contrary, extremely
malleable. This is what we show from our analysis of the semantic field of the two words meaning Freedom in Russian,
“svoboda” and “volja”, the latter being often qualified as untranslatable.
Keywords: untranslatability, Wilhelm von Humboldt, Weltanschauung, semantic field, freedom, “svoboda”, “volja”,
linguistic relativity.
HERMÈS 56, 2010
TEXTE_p001-256.indd 231
231
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
Michèle GENDREAU-MASSALOUX, Traduire, c’est faire vivre une langue
La communication plurilingue est aujourd’hui reconnue comme une nécessité, tant par les États que par les
producteurs économiques, scientifiques et culturels. Elle alimente la pratique de la traduction conçue comme un outil
pour accéder aux savoirs du monde entier. Or l’exercice de la traduction influence l’extension des notions, des représentations et des modes de pensée propres à la langue d’arrivée. Une condition nécessaire et suffisante à la définition
du caractère vivant d’une langue réside donc non pas seulement dans l’exposition de cette langue à la traduction mais
dans l’accueil, par cette langue, des productions venues d’un ailleurs aussi divers que possible.
Mots-clés : communication plurilingue, pratique de la traduction, producteurs économiques, producteurs scientifiques, producteurs culturels, création, cognition, vision du monde.
To Translate is to Keep a Language Alive
Today, not only States but anyone involved in economic, scientific and cultural production recognise the necessity of
multilingual communication, which has boosted the idea of translation as a tool that gives access to knowledge from everywhere in the world. But translation itself influences the dissemination of concepts, representations and patterns of thought
that belong to the target language. The living nature of a language therefore resides not only in its exposure to translation
but also in its capacity to integrate production of every kind from the greatest possible diversity of sources.
Keywords: multilingual communication, translating practices, economic production, scientific production, cultural
production, creation, cognition, worldview.
Marie VRINAT-NIKOLOV, Les représentations de soi et de l’autre dans la traduction, en Bulgarie
et en France
Cet article se propose d’étudier la manière dont la traduction reflète le rapport à l’identité culturelle et nationale,
et à l’altérité, en prenant pour exemples les systèmes littéraires français et bulgare, à partir de la création de l’alphabet
glagolitique par Constantin-Cyrille le Philosophe vers 862 et des Serments de Strasbourg de 842, jusqu’au XIXe siècle,
en passant par la Renaissance, d’une part, et le Réveil national bulgare, d’autre part. Les discours des traducteurs
français et bulgares servent ici de révélateur des représentations qu’ils ont du statut de leur propre langue ou culture,
mais aussi de celles à partir desquelles ils traduisent, ainsi que de leur manière d’appréhender « soi » et « les autres ».
Un tel parcours met au jour la nécessité pour l’Europe multiculturelle de se doter d’une histoire de la traduction, afin
de mieux comprendre les enjeux de la traduction à l’heure de la mondialisation.
Mots-clés : alphabet glagolitique, Serments de Strasbourg, Réveil national bulgare, histoire de la traduction, « soi et
les autres ».
232
TEXTE_p001-256.indd 232
HERMÈS 56, 2010
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
Representations of Self and Others as Revealed by Translations in Bulgaria and France
This article looks into the effects of translation on consciousness of cultural and national identity and otherness. As
examples, we use the French and Bulgarian literary systems from the time of the creation of the Glagolitic alphabet by
Constantine-Cyril “the Philosopher” around 862 and the “Oaths of Strasbourg” pledged in 842, and up to the 19th century,
including the Renaissance on the one hand and the Bulgarian National Awakening on the other. The discourses of French
and Bulgarian translators are used as material revealing their representations of the status of their own language and
culture, and of those they translated from, and the different ways of apprehending “self ” and “others”. What transpires
from this study is a need for Europe as a multicultural area to write its own history of translation, as a way of achieving a
better understanding of translation as an issue in the context of globalisation.
Keywords: Glagolitic alphabet, Oaths of Strasbourg, Bulgarian National Awakening, history of translation, “self and others”.
Laan MENDES DE BARROS, L’ interculturalité à l’heure de l’hybridation communicationnelle
Le contexte actuel de la mondialisation se caractérise par une hybridation aussi bien sur le plan technologique,
communicationnel qu’interculturel. La communication se présente comme un élément de structuration des relations
sociales, que ce soit dans les mouvements de dialogue et de coopération ou dans les mouvements de conflits et de
contradictions multiples. Elle est à la fois le moteur et le résultat d’un monde babélisé, en dépit des efforts déployés
par certains en matière de traduction opacifiante ou de cohabitation culturelle artificielle. Les transformations que
les processus de communication mettent en jeu aujourd’hui requièrent de nouvelles articulations théoriques et épistémologiques. Au-delà de la focalisation des études des médias sur les technologies, nous avons besoin de réorienter
notre regard sur les médiations interculturelles qui alimentent les phénomènes communicationnels et qui, en retour,
sont alimentés par elles.
Mots-clés : hybridation communicationnelle, interculturalité, monde babélisé, cohabitation culturelle, traduction.
Interculturality in a Time of Hybridised Communication
Today’s context of globalisation is characterised by hybridisation: in technology, but also in communication and in
the intercultural sphere. Communication clearly stands as a structural element in social relationships, whether rooted in
dialogue and cooperation or in conflict and contradiction. It is both the driver and the outcome of a Babelised world, despite
the efforts deployed by some in terms of opaque translating or artificial cultural cohabitation. The transformations fuelled
by communication processes and how they relate to each other demand fresh theoretical and epistemological perspectives.
HERMÈS 56, 2010
TEXTE_p001-256.indd 233
233
19/05/10 10:31
Résumés – Abstracts
We need to look beyond the classic focus of media studies on technology and towards the many forms of intercultural
mediation and communicational phenomena that are mutually driving each other’s development.
Keywords: hybridised communication, interculturality, Babelised world, cultural cohabitation, translation.
Juremir MACHADO DA SILVA, Traduction et communication : la reliance des cultures
L’ information est, fondamentalement, de l’ordre de l’utilitaire. À l’inverse, la communication ne saurait se réduire
à l’échange d’une simple marchandise. Mais communiquer, c’est autre chose, comme l’a démontré Dominique Wolton
dans ses travaux ou Michel Maffesoli quand il parle de « reliance » (du latin re-ligare, « relier ») : c’est rajouter du
ciment social ; c’est la « colle » du monde actuel. L’ imaginaire de la mondialisation est la juxtaposition des fragments
collés par la communication disséminée par des moyens technologiques. Néanmoins, de telles technologies aident
certes à créer de nouveaux imaginaires, mais elles ne sont pas, en soi, suffisantes. Encore faut-il que les imaginaires
culturels communiquent entre eux, à l’épreuve de l’altérité : la traduction, de ce point de vue, est une interface incontournable. La traduction de Michel Houellebecq au Brésil servira d’illustration concrète.
Mots-clés : reliance, imaginaire, communication, altérité, diversité culturelle, échange utilitaire, marchandisation,
interculturalité.
Translation and Communication: Binding Cultures Together
Information is fundamentally utilitarian, but communication cannot be reduced to a mere exchange of merchandise.
Communication is something else, as Dominique Wolton has demonstrated in his work, or Michel Maffesoli when he
discusses the French concept of “reliance” (from the Latin “re-ligare”, to bind together). Communication is the cement that
binds society, the glue that holds our world together. Globalisation, in our imagination, is a juxtaposition of fragments
that are glued together by communication disseminated through technological means. However, although these technologies clearly play their part in developing new imaginative conceptions, they do not suffice in themselves. The imaginative
conceptions of different cultures have to communicate and confront their differences. Translation, from this point of view,
is a uniquely necessary interface. Translations of Michel Houellebecq in Brazil are used here as an illustration.
Keywords: “reliance”, social links, imaginary conceptions, communication, difference, cultural diversity, utilitarian
exchange, mercantilism, intercultural ties.
234
TEXTE_p001-256.indd 234
HERMÈS 56, 2010
19/05/10 10:31
Fly UP